La HAS dit stop à la prescription systématique de somnifères chez les seniors

La HAS dit stop à la prescription systématique de somnifères chez les seniors

25.09.2012
  • 1348589299374576_IMG_90083_HR.jpg

Championne d’Europe de la consommation de somnifères, la France affiche un niveau d’usage particulièrement élevé chez les plus de 65 ans. Près d’un tiers d’entre eux (27,4 %), soit environ 3,5 millions de personnes, est exposé de manière chronique aux benzodiazépines et médicaments apparentés. Or, dans plus de la moitié des cas, ces traitements ne seraient pas indiqués, souligne la Haute Autorité de santé (HAS) qui relance une campagne de sensibilisation à destination du grand public et des professionnels de santé, médecins et pharmaciens.

Malgré les précédentes recommandations publiées en 2006 qui visaient déjà à diminuer les prescriptions inappropriées de somnifères, « la situation n’a que très peu évolué », constate le Pr Jean-Luc Harousseau, président du collège de la Haute Autorité. « La prise de somnifères n’est pourtant pas un geste anodin et peut engendrer de nombreuses complications : accoutumance, troubles de la mémoire ou de l’attention, risques de chute ou d’accident lors de la conduite », poursuit-il.

Aujourd’hui, la HAS entend rappeler aux médecins, pharmaciens et patients que la prescription et le renouvellement de somnifères ne doivent pas être systématiques et demeurent indiqués uniquement dans les cas de troubles sévères du sommeil dans les insomnies occasionnelles ou transitoires et ce, pour de courtes périodes allant de quelques jours à quatre semaines maximum. « La prescription de somnifères, ce n’est pas un CDI mais un CDD », martèle le Dr Armelle Leperre-Desplanques, responsable du service des programmes pilotes à la HAS.

Sommeil plus fractionné

Le sentiment de mal dormir pousse de nombreuses personnes âgées à se plaindre d’insomnie auprès de leur médecin sans que cela en soit véritablement une. « Seulement 10 à 20 % des troubles du sommeil en population générale seraient de vraies insomnies », indique la HAS. « Le sommeil de la personne âgée est un sommeil plus fractionné » qui se répartit sur l’ensemble de la journée, explique le Dr Sylvie Royant-Parola, psychiatre et présidente du réseau Morphée. « Il y a une pression de sommeil moins forte et le temps de sommeil est donc plus court que chez une personne plus jeune. Il est ainsi normal de se réveiller une à deux fois dans la nuit, avec des éveils d’une demi-heure à une heure », ajoute-t-elle.

Le sommeil de la personne âgée est également moins profond rendant celle-ci plus sensible à son environnement. « Le sentiment global va être un sommeil plus léger, moins reposant, moins récupérateur », résume le Dr Royant-Parola.

À la recherche de signes

Face à des plaintes chroniques du sommeil, le médecin doit rechercher des signes associés : douleurs, anxiété, dépression, problèmes urinaires, apnée du sommeil… « Devant une plainte récente, il faut rechercher un événement qui va perturber le sommeil », conseille le Dr Leperre-Desplanques. « Parfois il est évident, la personne peut avoir perdu quelqu’un de sa famille et va vous en parler spontanément en tant que médecin. Parfois, il faut aussi savoir poser les questions. Cela peut être la disparition d’un animal de compagnie ou le départ d’un voisin en vacances qui laisse la personne anxieuse », poursuit-elle.

Si le patient a de vrais problèmes de sommeil, le médecin pourra notamment s’appuyer sur plusieurs outils pratiques, disponibles en ligne, et mis au point par la HAS, notamment un agenda du sommeil, des arbres décisionnels, une fiche de conseils pour bien dormir, une affiche...

Stratégie d’arrêt

Devant toute prescription de benzodiazépine de plus d’un mois, il faut se poser la question de la déprescription. « C’est possible sans substitution médicamenteuse et sans effets secondaires », assure le Dr Leperre-Desplanques. « À condition de mener une stratégie d’arrêt adaptée au patient car chacun a une habitude différente vis-à-vis de ces médicaments ».

La HAS met à disposition des praticiens une fiche synthèse sur les modalités d’arrêt des benzodiazépines et médicaments apparentés chez le sujet âgé. S’il est important que le patient prenne conscience des risques et de son degré d’attachement aux somnifères, il faut aussi lui laisser le temps de prendre la décision de l’arrêt. « Il n’y a pas d’urgence quand on prend du "benzo" depuis 10 ans », conclut le Dr Leperre-Desplanques.

 DAVID BILHAUT
Source : Lequotidiendumedecin.fr
Commenter 11 Commentaires
 
11.10.2012 à 15h32

« Arrêter les somnifères, OK ; et combien d'entre vous ont réussi un sevrage ? Et comment ? »

Répondre
 
27.09.2012 à 22h25

« Je ne suis pas certain que ce soit les somnifères qui soient responsables de troubles de mémoire au long cours ... mais c'est bien le même phénomène qui a amené la santé dans une déstabilisation et Lire la suite

Répondre
 
27.09.2012 à 09h08

« Primum non nocere (Hippocrate); mais il est vrai que les jeunes confrères se foutent du serment d'Hippocrate. »

Répondre
 
27.09.2012 à 07h55

« Qu'est-ce que j'apprends ? voila t-y pas qu'il y aurait des individus sans scrupules âgés de plus de 65 ans (mais n'est-ce pas déjà un délit ?), qui viendraient dans nos cabinets prétendant que leur Lire la suite

Répondre
 
27.09.2012 à 00h42

« Ces propos ne sont pas obligatoirement contraires à la réalité, je suis entourée de personnes très âgées dans ma famille qui ont des effets secondaires de ces somnifères, sans avoir la moindre notio Lire la suite

Répondre
Voir tous les commentaires

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

A la une

add

Agnès Buzyn écarte à nouveau la coercition à l'installation

Buzyn

Agnès Buzyn a écarté ce mercredi la proposition d'un conventionnement sélectif des médecins de secteur II dans les zones surdotées, piste... 1

Une étudiante en PACES de Marseille se suicide, la communauté médicale en émoi

suicide Fac marseille

Une étudiante inscrite en première année commune aux études de santé (PACES) à la faculté de médecine d'Aix-Marseille vient de se donner la... 6

Lévothyrox: le Conseil d'État donne raison au gouvernement dans sa gestion des effets indésirables

Levothyrox

Le Conseil d'État a donné raison ce 13 décembre au gouvernement, face à un patient traité avec le médicament Levothyrox, qui avait saisi en... 3

A découvrir
l'annuaire du-diu
GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter
imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter