Tabac chez les ados : un sevrage presque aussi difficile

Tabac chez les ados : un sevrage presque aussi difficile

13.09.2012
  • 1347549516370881_IMG_89199_HR.jpg

    Tabac chez les ados : un sevrage presque aussi difficile

Les symptômes psychologiques lors du sevrage tabagique sont aussi marqués chez les adolescents que chez les adultes. Ce sont les résultats d’une étude contrôlée américaine chez 96 adolescents âgés de 13 à 19 ans menée par l’équipe des Prs Bidwell et Colby à l’université de Brown. Après un jour d’abstinence, les jeunes fumeurs présentent des signes de sevrage à type d’envies de fumer, de mauvaise humeur exacerbée et de fortes envies provoquées, à des niveaux comparables à ceux d’adultes en sevrage. « Leur profil était très proche de celui des adultes, commente Suzanne Colby. C’est très intéressant parce qu’ils fumaient moins et depuis moins longtemps. » Ils s’en démarquent néanmoins sur deux critères : ils ne deviennent pas plus irritables suite à certains tests sonores et ne perdent pas leur capacité à se sentir heureux.

Les jeunes participants étaient répartis en trois groupes expérimentaux : 22 non-fumeurs, 47 fumeurs à qui il était demandé de ne pas fumer une journée entière et 27 fumeurs autorisés à fumer. Les fumeurs consommaient en moyenne 9 cigarettes par jour et l’ancienneté de leur addiction remontait à 2 ans.

L’équipe a réalisé les tests de façon standardisée sur 2 sessions pour chaque groupe. Pour les participants en sevrage, une session avait lieu avant la période d’abstinence et la seconde pendant. Les chercheurs ont mesuré les niveaux de monoxyde de carbone expiré à chaque séance afin de s’assurer de la réalité du sevrage.

Ces résultats relancent la question de l’aide au sevrage chez les adolescents. Serait-il utile de proposer des traitements plus efficaces et permettant d’atténuer ce type de difficultés ? « On ne sait pas si le manque d’efficacité vient du fait que ces traitements ne réduisent pas les effets du sevrage ou si le fait de réduire ces effets négatifs n’augmente pas en définitive le taux de réussite à l’arrêt. »

Nicotine and Tobacco Research, édition en ligne du 4 septembre 2012.

 Dr IRÈNE DROGOU
Source : Lequotidiendumedecin.fr

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

A la une

add

Dans la Manche, un maire fait face au désarroi des habitants privés de généralistes

manche

« Nous sommes dans une situation plus que tendue ». Jean-Pierre Lhonneur, maire de Carentan-les-Marais (Manche) depuis 2008, est quelque peu... 12

Poses de prothèses en chirurgie ambulatoire : l'AP-HP marque des points

hanche prothese

L'Assistance publique - Hôpitaux de Paris (AP-HP) annonce la réalisation de deux poses de prothèse (totale de hanche et unicompartimentale... 9

Éléments en faveur d'une maladie de Lyme chronique, d'après des travaux chez le singe

lyme

Alors qu'en France un protocole de diagnostic et de soins est en cours de rédaction à la Haute Autorité de santé (HAS), les controverses... 5

A découvrir
l'annuaire du-diu
GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter
imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter