Médicaments utiles, inutiles ou dangereux : le nouveau brûlot des Pr Debré et Even

Médicaments utiles, inutiles ou dangereux : le nouveau brûlot des Pr Debré et Even

13.09.2012
  • cherchemidi
  • couv

Les Pr Bernard Debré et Philippe Even (1), qui s’étaient déjà illustrés en 2011 par un rapport très critique sur le système français de contrôle de l’efficacité et de la sécurité des médicaments, reviennent à la charge. Au bazooka : un livre de plus de 900 pages qui paraît aujourd’hui même aux éditions du Cherche Midi.

Sous le titre « Guide des 4 000 médicaments utiles, inutiles ou dangereux », les deux auteurs se livrent notamment à une attaque en règle contre le circuit du médicament et l’industrie pharmaceutique.

Ils tirent à vue sur la pharmacopée française, jugée pléthorique, les milliards d’euros « jetés par les fenêtres », passent en revue un certain nombre de scandales pharmaceutiques et se permettent de classer les spécialités de 24 classes pharmaceutiques en trois catégories, utile, inutile, dangereux.

Revue de détail des principaux chapitres.

• « Des dépenses de médicaments délirantes »

Pas question pour le tandem de faire dans la dentelle. Selon les auteurs, les dépenses de médicaments représentent 36 milliards d’euros par an, dont « au moins le tiers » serait « injustifié ». Environ 12 milliards seraient donc dilapidés sans aucun bénéfice pour la santé. Sans citer de sources, ils assurent que les dépenses de médicaments en France représentent le double des sommes dépensées en Angleterre, et 70 % de plus qu’en Italie. Les ordonnances de ville comprendraient en moyenne 41 euros de médicaments, « contre 15 à 20 euros ailleurs », assurent-ils.

• Agences, patients, médecins : tous coupables !

Beaucoup trop de médicaments donc. Mais à qui la faute ? Aux agences sanitaires d’abord qui se contentent, pour donner accès au marché, d’« une probabilité ténue d’efficacité », alors que « pour en être écarté, il faut une preuve irréfutable de risque ». Suivez leur regard. A les lire, toute gomme à mâcher est un Mediator en puissance.

Les patients ne sont pas épargnés : ces « malades imaginaires achètent ces molécules au caddy, carte Vitale en main ». Quant aux médecins, bien peu lucides, les voilà prévenus : « il est démagogique, il n’est ni utile ni juste de prescrire (..) des médicaments inefficaces et quelquefois dangereux », parfois même « prescrits hors de propos ou hors indication ».

• « Le refus français des génériques ».

Les auteurs jugent qu’en France, « tout a été fait pour en freiner le développement », au moment où précisément la CNAM durcit sa politique du générique. Prix supérieurs à ceux de nos voisins, médecins qui « se refusent à prendre en compte la dimension économique de la santé », industrie pharmaceutique qui « use de tous les moyens pour retarder les génériques », les auteurs décrivent un quasi-complot pour priver l’assurance-maladie d’économies importantes.

Evaluation des médicaments, fixation des prix et remboursement à revoir

Le système français est accusé de marcher « volontairement très mal, au service des industriels ». Pire, les AMM seraient accordées « sur la seule base des dossiers plus ou moins complets, masqués et parfois mensongers, remis par les firmes, sans aucun contrôle ».

Chargé de fixer le prix des médicaments, le Comité économique des produits de santé (CEPS) est accusé d’avoir « l’immense pouvoir » de décider de tout. Les décisions s’y prendraient « en proposant aux ministres exactement ce qu’ils souhaitent s’entendre proposer », et en « privilégiant » les laboratoires français.

• Accusation de « corruption »

Entendre ici liens d’intérêt des laboratoires... « Sur 40 présidents ou vice-présidents des conseils, comités, commissions et groupes d’experts de l’AFSSAPS, 9 sont au-dessus de tout soupçon, mais 31 ont en moyenne 9 contrats personnels de consultance avec l’industrie ». Le rapport cite les noms de 11 experts, qui auraient signé chacun entre 36 et 43 contrats personnels avec l’industrie. Selon eux, ces experts « doivent être écartés manu militari ».

• L’industrie pharmaceutique au pilori

Accusée de tous les maux, l’industrie n’aurait comme seul souci que ses impératifs industriels et financiers.Elle en prend pour son grade, que ce soit pour les essais cliniques qu’elle réalise (peu crédibles, biaisés, truqués et même mensongers...), ou pour le coût de son secteur Recherche et Développement (R&D).

Les auteurs ironisent sur le « chiffre magique » de 800 millions de dollars, dont l’industrie répète qu’il correspond au coût moyen de R&D d’une molécule, et assurent que la réalité est bien inférieure, avec un coût moyen qu’ils estiment « 4 à 8 fois inférieur ». Les laboratoires français ne sont pas épargnés, accusés de n’avoir sorti aucune avancée thérapeutique réelle depuis 1980.

• La presse médicale épinglée

Le « Quotidien » lui-même prend des coups, accusé, comme presque toute la presse médicale de n’être « qu’un simple appendice de l’industrie ». Les deux « auteurs » recyclent à son attention une phrase directement copiée collée de leur rapport de 2011 : « pas besoin de Quotidien pour s’informer de l’évolution de la médecine, mais besoin pour endoctriner, marteler sans cesse les mêmes contre-vérités qui finissent par devenir des vérités à force d’être répétées ». Ils en savent quelque chose.

A lire aussi l'interview du Pr Jean-François Bergmann :
« Un pamphlet vraiment bâclé, excessif et approximatif »
Vice-président de la commission d’AMM à l’Agence nationale de sécurité du médicament ( ANSM), et chef de service de médecine interne à l’hôpital Lariboisière, le Pr  Jean-François Bergmann jette un regard sans concession sur le dernier opus des Pr  Debré et Even. Il dénonce une « démarche de chroniqueurs pas de scientifiques. »  Lire la suite...
 

(1) Philippe Even est ancien doyen de la faculté de médecine Necker et président de l’institut Necker.
Bernard Debré est professeur d’urologie, vice-président de l’institut Necker et député UMP de Paris.

 HENRI DE SAINT ROMAN
Source : Lequotidiendumedecin.fr
Commenter 25 Commentaires
 
05.03.2014 à 12h35

« C'est dangereux de nuire aux médicaments, quel est le médecins qui n'a jamais prescrit un médicament à bon escient ? Je ne défends pas les dérives car elles existent, continuons à travailler avec si Lire la suite

Répondre
 
04.02.2014 à 10h35

« Qui est prêt à dénoncer le scandale financier et humain de cette mainmise de l'industrie pharmaceutique sur ce qu'ils appellent "la santé " et qui doit parler de celle de leur porte-monnaie... Ce li Lire la suite

Répondre
 
20.09.2012 à 12h04

« Mourir, la belle affaire ! Mais vieillir, oh! vieillir !... »

Répondre
 
17.09.2012 à 13h49

« Réponse à « J'ai entendu un des auteurs dire que les médicaments anti-cholestérol marchaient très bien, mais que "ça ne servait à rien de faire baisser le cholestérol !" ... » =>
- Petite explicatio Lire la suite

Répondre
 
14.09.2012 à 20h46

« Pourriez vous demander des nouvelles au Docteur Debré , du club Hippocrate et du laboratoire GSK ? La fiabilité de ce grand scientifique et statisticien (!) serait mieux perçue ! On n'échappe pas Lire la suite

Répondre
Voir tous les commentaires

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

A la une

add
Dr Huez

Médecine du travail : le Dr Huez condamné financièrement pour « résistance abusive »

Le Dr Dominique Huez, médecin du travail engagé dans une bataille judiciaire contre la société Orys, a été condamné le 4 août dernier à verser 1 200 euros de dommages et intérêts et 2 000 euros au titre des frais de procédure... 3

Deux cas de chikungunya autochtones dans le Var

Moustique tigre

Même si de nombreux cas importés avaient été observés, la métropole était jusqu’à présent épargnée par les cas autochtones de chikungunya.... Commenter

La rémunération des maisons, pôles et centres de santé approuvée au « Journal officiel »

Maison de santé

Un arrêté des ministres de la Santé et des Comptes publics, Agnès Buzyn et Gérald Darmanin, publié le 5 août au « Journal officiel »,... Commenter

Réforme du deuxième cycle : les carabins de l'ANEMF lancent une concertation nationale

Réunio d'été ANEMF

L’Association nationale des étudiants en médecine de France (ANEMF) a lancé une grande concertation nationale sur le second cycle des... 1

A découvrir
l'annuaire du-diu
GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter
imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter