L’ASN appelle au développement du parc d’IRM

L’ASN appelle au développement du parc d’IRM

12.09.2012
  • 1347466256370588_IMG_89115_HR.jpg

Lors de la présentation de son bilan régional, l’Autorité de sûreté nucléaire (ASN) a révélé deux incidents de radiothérapie survenus dans le sud de la France, à Nice et à Nîmes. Les deux incidents ont été classés au niveau 2 (sur une échelle de 0 à 7), correspondant à un événement pouvant occasionner une altération modérée d’un organe ou d’une fonction.

Le premier incident, survenu à Nice le 22 décembre 2011, concerne un patient traité pour une tumeur oculaire par protonthérapie. Pour cette opération atypique signalée par le centre Antoine Lacassagne, le patient avait reçu une dose trois fois supérieure à ce qui était prévu lors de la première séance de traitement. Il risque « l’apparition à long terme d’une cataracte sévère », a souligné Pierre Perdiguier, un responsable régional de l’ASN.

Belles images

Le deuxième incident a été rapporté en janvier dernier par le Centre hospitalier universitaire Carémeau de Nîmes. Des lésions cutanées ont été observées lors d’une consultation de suivi médical chez un patient surexposé à des rayonnements ionisants.

Avec près de 200 000 personnes traitées chaque année en France pour un taux de 80 % de guérison, la radiothérapie externe bénéficie à un nombre croissant de patients, rappelle l’ASN. Lors de ce bilan, l’ASN s’est inquiété de l’utilisation plus fréquente des scanners, qui ont fortement contribué à augmenter la dose moyenne de rayons X par habitant (+ 50 % entre 2002 et 2007).

« Un scanner du corps entier représente la dose maximale pouvant être cumulée sur une année entière par un travailleur du nucléaire », prévient Pierre Perdiguier, qui appelle à une maîtrise des séances. L’organisme recommande le développement du parc d’imagerie par résonance magnétique (IRM), une technique qui ne fait pas appel aux rayonnements ionisants. Il faut aussi « résister à la tentation de vouloir de très belles images, quand de bonnes images suffisent », relève le responsable.

 Dr LYDIA ARCHIMÈDE (avec AFP)
Source : Lequotidiendumedecin.fr
Commenter 2 Commentaires
 
12.09.2012 à 22h12

« Un scanner du corps entier représente la dose maximale pouvant être cumulée sur une année entière par un travailleur du nucléaire »
certes peut etre mais le scanner est réalisé pour une indication m Lire la suite

Répondre
 
12.09.2012 à 20h26

« Encore une intolérable amalgame entre radiothérapie et radiodiagnostic de la part de l'ASN qui n'en est pas à son coup d'essai. »
Une interne en radiologie.

Répondre

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

A la une

add

Climat et santé : le CNOM appelle les médecins à sensibiliser leurs patients

pollution

« Les médecins sont les premiers à prendre en charge les conséquences du changement climatique sur la santé de leurs patients. Ils doivent p... 4

Les libéraux de l'UNPS cherchent des alternatives au tiers payant généralisé

tiers payant

Discuter avec le gouvernement d'une alternative au tiers payant généralisé ? L'Union nationale des professionnels de santé (UNPS) n'est pas... 5

A découvrir
l'annuaire du-diu
GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter
imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter