Tarifs, télétransmission : les psychiatres privés font part de leur exaspération à la CNAM

Tarifs, télétransmission : les psychiatres privés font part de leur exaspération à la CNAM

11.09.2012
  • 1347381232370327_IMG_89058_HR.jpg

Les psychiatres privés du SNPP (Syndicat national des psychiatres privés) avaient rendez-vous ce mardi après-midi au siège de l’Union nationale des caisses d’assurance-maladie (UNCAM). Cette réunion technique, qui a duré trois heures, s’est déroulée en dehors de toute négociation conventionnelle. Le syndicat souhaitait exprimer le sentiment d’exaspération que ressent la profession depuis plusieurs mois et faire état du désir d’une partie des praticiens de se déconventionner.

De nombreuses procédures disciplinaires

Lors de ce rendez-vous, les psychiatres privés ont exprimé leurs craintes sur les conséquences de l’obligation de télétransmission. « Nous sommes 2 200 psychiatres, soit plus d’un tiers de la profession, à ne pas télétransmettre du tout, explique le Dr Michel Marchand, président du SNPP. Cela répond à la volonté de préserver la confidentialité du patient et de maintenir l’acte de paiement qui fait partie du traitement ».

De nombreux praticiens font l’objet de procédures disciplinaires engagées par les caisses locales. « Nous serons là pour défendre ces confrères devant les commissions paritaires locales (CPL) », affirme le Dr Marchand.

Des doutes sur le P4P

Les psychiatres ont par ailleurs fait part des doutes suscités par la mise en place du paiement à la performance (P4P). Environ 15 % des psychiatres ont rejeté ce dispositif, refusant de recevoir de l’argent en contrepartie de l’atteinte d’objectifs alors que 4 % des médecins ont refusé le P4P au niveau national.

Les psychiatres privés ont enfin demandé une hausse significative du tarif de la consultation (CNPSY), pourtant réévalué à 37 euros en mars 2012. « Ce coup de pouce (2,70 euros) était un rattrapage d’arriérés, commente le Dr Marchand. Nous souhaiterions que le CNPSY soit fixé à terme à hauteur de 3 C (69 euros) même si nous savons que cela n’est pas envisageable aujourd’hui. »

 CH.G.
Source : Lequotidiendumedecin.fr
Commenter 3 Commentaires
 
12.09.2012 à 23h22

« Il n'y a plus d'installation ou presque en psychiatrie libérale ; les jeunes préfèrent le salariat. Augmenter les pressions administratives dans ce contexte revient à une volonté délibérée de faire Lire la suite

Répondre
 
12.09.2012 à 16h45

« 3C, c'est ce qui était le montant de la CNPSYau moment du début des conventions dans les années 60. C'est ce que marquait mon père à l'époque. On juge de la dévalorisation acuelle de l'acte !! »

Répondre
 
11.09.2012 à 19h48

« "Les psychiatres ont par ailleurs fait part des doutes suscités par la mise en place du paiement à la performance (P4P). "
Bravo les psychiatres !
Je trouve anormal d'être payé à l'objectif. Le souc Lire la suite

Répondre

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

A la une

add

Prise de têtes à la FHF ?

gruson

Le délégué général de la Fédération hospitalière de France (FHF) David Gruson pourrait quitter ses fonctions pour cause de conflit avec le... 3

Aluminium dans les vaccins : rien pour l'instant ne remet en cause la balance bénéfice risque

vaccins

« Vaccins. Le rapport qui dérange » titre en « une » « le Parisien » de ce 22 septembre. « Exclusif. D'après un rapport sérieux et inédit, b... 7

À Bourgoin-Jallieu, médecins et personnels de l'hôpital s'élèvent contre un « management destructeur »

Mercredi, une dizaine de médecins et professionnels de santé se sont donné rendez-vous devant le Centre hospitalier Pierre-Oudot de... Commenter

A découvrir
l'annuaire du-diu
GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter
imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter