Alzheimer : le mauvais sommeil, un mauvais signe

Alzheimer : le mauvais sommeil, un mauvais signe

10.09.2012
Sur un modèle murin du stade préclinique de la maladie d’Alzheimer, des chercheurs ont montré que l’agrégation d’amyloïde-bêta (A-bêta) dans le cerveau entraîne une détérioration du cycle veille-sommeil avec raccourcissement du sommeil.
  • 1347292167369807_IMG_88955_HR.jpg

    Alzheimer : le mauvais sommeil, un mauvais signe

On sait que l’amyloïde-bêta (A-bêta) commence à s’agréger dans le cerveau humain environ dix à quinze ans avant la survenue du stade clinique de la maladie d’Alzheimer.

L’amyloïde-bêta est sécrétée par les neurones dans le liquide interstitiel du cerveau (ISF). Une équipe de Saint-Louis a déjà montré qu’en l’absence d’agrégation A-bêta, les taux d’A-bêta dans l’ISF des souris et dans le LCR des humains oscillent : ils s’élèvent durant l’éveil et baissent durant le sommeil. Ils avaient aussi montré dans un modèle murin d’Alzheimer préclinique qu’un éveil forcé durant une période normale de sommeil augmente le taux ISF d’A-bêta, et qu’une restriction chronique du sommeil (4 heures par jour pendant 21 jours) aboutit à plus d’accumulation d’A-bêta dans le cerveau. Cela suggérait la possibilité que les troubles du sommeil pourraient favoriser le développement des dépôts d’A-bêta et peut-être aussi la maladie d’Alzheimer.

Dans leur nouveau travail, dont il est ici question, Roh et coll. mettent en évidence une boucle de rétroaction positive entre les troubles veille/sommeil et l’agrégation de l’A-bêta.

Ils montrent dans le même modèle souris qu’avant la formation de plaques d’A-bêta, les fluctuations d’A-bêta dans l’ISF et le cycle veille-sommeil sont tout à fait normaux. Toutefois, lorsque l’A-bêta s’est agrégée en plaques amyloïdes, l’oscillation d’A-bêta dans l’ISF disparaît et les souris voient leur sommeil s’écourter.

De même, chez de jeunes patients encore à la phase asymptomatique d’une forme familiale de la maladie d’Alzheimer (mutation PS1), on constate après la formation de plaques d’A-bêta une nette atténuation des fluctuations de l’A-bêta dans le LCR.

Une expérience chez la souris confirme le lien causal entre l’A-bêta et la perturbation du sommeil. En effet, lorsque le modèle murin est vacciné contre l’A-bêta dès le jeune âge, l’absence de développement des dépôts cérébraux d’A-bêta avec l’âge est associée à une normalisation des fluctuations diurnes d’A-bêta dans l’ISF et à un cycle veille-sommeil normal.

Roh et coll. Science Translational Medicine, 5 septembre 2012.

 Dr VÉRONIQUE NGUYEN
Source : Lequotidiendumedecin.fr

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

A la une

add

CongrèsLa convention CHAM plonge dans le futur de la médecine  

Abonné

Le Pr Guy Vallancien organise la neuvième édition de CHAM* vendredi et samedi à Chamonix (Haute-Savoie). Plus de 500 personnes sont... Commenter

Aluminium dans les vaccins : rien pour l'instant ne remet en cause la balance bénéfice risque

vaccins

« Vaccins. Le rapport qui dérange » titre en « une » « le Parisien » de ce 22 septembre. « Exclusif. D'après un rapport sérieux et inédit, b... 10

Quatre ans après la « crise » des pilulesLa diversification de la contraception se poursuit chez les 20-30 ans

Abonné
pilule

Santé publique France a voulu suivre l'évolution des pratiques en matière de contraception depuis la polémique autour des pilules en 2012.... Commenter

A découvrir
l'annuaire du-diu
GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter
imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter