Dépassements : les syndicats se préparent à « entrer dans le dur » des négociations

Dépassements : les syndicats se préparent à « entrer dans le dur » des négociations

04.09.2012
  • 1346777592368346_IMG_88564_HR.jpg

Les syndicats de médecins libéraux fourbissaient leurs armes à la veille de la reprise, ce mercredi, des négociations conventionnelles sur les dépassements d’honoraires. Le calendrier est serré. Cette première séance de retrouvailles (Sécu, médecins, complémentaires) doit porter sur les dépassements abusifs (définition et sanctions). Suivront des réunions sur le contrat d’accès aux soins pour les médecins de secteur II (14 septembre), la régulation du secteur II (19 septembre) et la valorisation des tarifs opposables (27 septembre). Les deux premières semaines d’octobre seront consacrées à la discussion des projets de texte, la conclusion des négociations étant programmée le 17 octobre. À défaut d’accord, le gouvernement reprendra la main.

Voilà pour la théorie et la méthode. Mais la teneur des communiqués syndicaux montre que chaque organisation aborde ces discussions délicates avec inquiétude et la volonté de ne pas lâcher trop de terrain.

Le BLOC (qui réunit les chirurgiens de l’UCDF, les anesthésistes de l’AAL et les obstétriciens du SYNGOF) fait valoir que les professionnels qui facturent des dépassements abusifs sont « marginaux ».

À l’inverse, met-il en garde, les « compléments d’honoraires (...) sont le seul frein à la dégradation des soins » en permettant aux spécialités concernées d’utiliser les techniques de pointe et d’augmenter le niveau d’exigence de sécurité. Le syndicat plaide pour un système donnant/donnant : les praticiens s’engageraient sur un « tarif plafond », les complémentaires santé devant s’engager à rembourser un tarif plancher, le tout à négocier.

Égalité de traitement

Dans un communiqué publié mardi, la CSMF suggère trois pistes de négociation. Il convient d’abord d’agir sur les dépassements dits « excessifs ou abusifs », « en appliquant une égalité totale de traitement entre les médecins libéraux de ville et les médecins hospitaliers », insiste la CSMF. Ces dépassements seraient frappés par « des sanctions conventionnelles proportionnelles à la gravité et à la fréquence de l’application des dépassements abusifs ». La CSMF souligne elle aussi que les abus concernent très peu de praticiens, mais qu’il convient de donner le « signal fort d’une volonté de moralisation de la profession (...) ».

La CSMF se dit prête ensuite à négocier sous conditions un contrat d’accès aux soins avec dépassements modérés. Dans le cadre de contrat, l’assurance-maladie devrait mettre la main à la proche en augmentant sa base de remboursement des tarifs opposables (afin qu’elle soit identique entre les actes facturés en secteur 1 et en secteur 2). Les praticiens de leur côté devraient maîtriser leurs compléments d’honoraires « dans le cadre d’une approche individuelle plutôt que collective ». La CSMF demande que les complémentaires santé soient appelées à rembourser tout ou partie du reste à charge.

Enfin (troisième axe), la CSMF estime que le dispositif à construire doit rapprocher les secteurs 1 et 2. Pour y parvenir, « un investissement significatif sur la valeur des actes en tarif opposable de secteur 1 est incontournable », qu’il s’agisse aussi bien des actes cliniques que techniques.

Il y a quelques jours, l’UMESPE (branche spécialiste de la CSMF) avait fait sensation en proposant de traiter à part les quelque 300 médecins « vedettes » (150 libéraux, 150 hospitaliers, selon le syndicat) qui pratiquent des dépassements hors normes (8 à 11 fois le tarif opposable). Ces praticiens se verrait proposer deux choix, avant le 31 décembre : soit quitter le secteur II et poursuivre en secteur III (hors du remboursement de la solidarité nationale); soit revenir à dans les normes du tact et mesure.

Faux problème

Quant à la branche spécialiste de la FMF (Union Spécialiste), elle prévient que le débat du secteur II est un « faux problème » visant à masquer la réalité. « Si les tarifs secteur I étaient au juste prix, tonne le syndicat, le problème du reste à charge pour les patients ne se poserait pas. Avant de parler d’abus, il faudrait parler du coût réel de la pratique ». La FMF US suggère un secteur unifié avec dépassements jusqu’à 400 % du tarif conventionnel.

 CYRILLE DUPUIS
Source : Lequotidiendumedecin.fr
Commenter 9 Commentaires
 
06.09.2012 à 17h57

« Un professeur à la tête d'un service hospitalier fait prévenir par sa secrétaire que si un RV est pris dans le secteur public auprès de lui, il est probable que ce ne sera pas lui qui assumera la co Lire la suite

Répondre
 
06.09.2012 à 09h30

« Ce n'est pas parce que l'État est fauché, que les honoraires médicaux doivent stagner : même principe que le SMIG pour les médecins conventionnés secteur 1. Régularisation automatique du CS selon in Lire la suite

Répondre
 
05.09.2012 à 22h12

« Attention à la dégradation du niveau des soins : la plupart des praticiens en secteur 2 sont ceux qui ont pratiqué quelques années de plus à l'hôpital avant leur installation (ancien chef de cliniqu Lire la suite

Répondre
 
05.09.2012 à 07h59

« Le fond du problème est effectivement le niveau ridiculement bas des actes médicaux (consultation et acte technique). Commençons par le remettre à un niveau décent pour que l'on arrête de me répéter Lire la suite

Répondre
 
04.09.2012 à 22h48

« On parle de plus en plus de déconventionnement. La menace a son importance. La ministre aurait-elle mis le feu à la poudrière ? »

Répondre
Voir tous les commentaires

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

A la une

add

Recherche sur les cellules souches : un débat éthique, un casse-tête réglementaire et un défi industriel

Abonné
accroche

Les applications potentielles des cellules souches dans le domaine de la recherche et de la santé sont immenses. Dans la pratique, elles... Commenter

Rénovation du dépistage néonatal : vers la création d'un centre national de coordination

dépistage néonatal

Le ministère de la Santé lance un appel à candidatures national pour désigner le centre hospitalier universitaire qui accueillera le futur... Commenter

Le Dr Yannick Schmitt élu à la présidence de ReAGJIR

Le Dr Yannick Schmitt a été élu à la présidence du Regroupement autonome des généralistes jeunes installés et remplaçants (ReAGJIR) à... Commenter

A découvrir
l'annuaire du-diu
GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter
imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter