Congrès de l’ESC : coup de tabac sur les AVC

Congrès de l’ESC : coup de tabac sur les AVC

29.08.2012
  • 1346247595367347_IMG_88315_HR.jpg

    Congrès de l’ESC : coup de tabac sur les AVC

Les patients qui recommencent à fumer juste après un AVC multiplient leur probabilité de décès par trois dans l’année qui suit. Plus ils reprennent tôt, plus le risque est élevé.

« Il a été largement démontré que le tabagisme accroît le risque d’AVC », rappelle le Pr Colivicci (Rome). « L’arrêt du tabagisme après un AVC ischémique est plus efficace que n’importe quel traitement pour réduire le risque d’événements ultérieurs. »

Que se passe-t-il chez les patients qui reprennent le tabagisme après la sortie de l’hôpital ? Pour le savoir, l’équipe a conduit une étude chez 921 patients (584 hommes et 337 femmes ; âge moyen de 67 ans) ; tous étaient fumeurs avant d’être hospitalisés pour un AVC ischémique.

Risque de décès multiplié par trois

Tous s’étaient déclarés motivés pour maintenir leur arrêt tabagique après la sortie de l’hôpital. On leur avait fait assister à des sessions de conseils spécifiques, mais ils n’avaient pas eu de substituts nicotiniques ni d’autres aides au sevrage. Pour l’étude, ils ont répondu à un questionnaire un mois, six mois puis un an après la sortie de l’hôpital. Après ce terme, on constate que 493 (53 %) des personnes du groupe avaient repris leur habitude tabagique. La reprise était plus fréquente chez les patients les plus âgés et les femmes. Au cours de l’année, il y eut 89 décès, soit une probabilité de décès de 9,6 %. Après différents ajustements, les chercheurs trouvent que le fait de fumer multiplie par 3 le risque de décès, comparativement aux patients qui n’ont pas eu de rechute du tabagisme. Et que ceux qui rechutent plus tôt ont un risque accru : il est multiplié par 5 (versus les abstinents).

Au total, au décours des AVC ischémiques, ces données devraient être prises en compte, avertissent les auteurs, notamment en veillant à fournir une prise en charge au long cours et sérieuse de la dépendance tabagique.

 Dr BÉATRICE VUAILLE
Source : Lequotidiendumedecin.fr
Commenter 1 Commentaire
 
29.08.2012 à 20h40

« Quand va-t-on enfin considérer le traitement de substitution nicotiniqiue comme des médicaments et les rembourser comme dans les pays anglosaxons, c'est la mesure la plus efficace après les vaccinat Lire la suite

Répondre

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

A la une

add

Dans la Manche, un maire fait face au désarroi des habitants privés de généralistes

manche

« Nous sommes dans une situation plus que tendue ». Jean-Pierre Lhonneur, maire de Carentan-les-Marais (Manche) depuis 2008, est quelque peu... 11

Poses de prothèses en chirurgie ambulatoire : l'AP-HP marque des points

hanche prothese

L'Assistance publique - Hôpitaux de Paris (AP-HP) annonce la réalisation de deux poses de prothèse (totale de hanche et unicompartimentale... 8

Éléments en faveur d'une maladie de Lyme chronique, d'après des travaux chez le singe

lyme

Alors qu'en France un protocole de diagnostic et de soins est en cours de rédaction à la Haute Autorité de santé (HAS), les controverses... 4

A découvrir
l'annuaire du-diu
GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter
imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter