Congrès de l’ESC : la stimulation médullaire candidate contre l’insuffisance cardiaque

Congrès de l’ESC : la stimulation médullaire candidate contre l’insuffisance cardiaque

27.08.2012
  • 1346071510366958_IMG_88234_HR.jpg

    Congrès de l’ESC : la stimulation médullaire candidate contre l’insuffisance cardiaque

La stimulation médullaire pourrait-elle devenir une alternative dans l’insuffisance cardiaque ? C’est en tout cas ce que suggère une nouvelle étude réalisée chez le porc par une équipe de Hong Kong (Hung-Fat Tse et coll., Queen Mary Hospital).

Les stimulateurs médullaires sont des appareils de neurostimulation implantés dont l’aspect et les fonctions ressemblent à ceux des stimulateurs cardiaques. Par l’intermédiaire de sondes, ils délivrent une énergie électrique de faible intensité à la moelle épinière.

Des travaux expérimentaux antérieurs ont montré sur un modèle animal qu’une stimulation médullaire intermittente dorsale haute (D1-D2) améliore la contractilité du ventricule gauche. La nouvelle étude présentée au congrès de la Société européenne de cardiologue (ESC) a permis de comparer la stimulation médullaire intermittente à la stimulation continue. Des porcs porteurs d’une insuffisance cardiaque ont été randomisés en trois groupes :

1) traitement médical (IEC et bêtabloquants) seul (groupe contrôle);

2) traitement médical et stimulation médullaire intermittente (quatre heures trois fois par jour);

3) traitement médical plus stimulation médullaire continue.

Léger avantage à la stimulation continue

Au bout de dix semaines, par rapport au groupe contrôle, l’échocardiographie a montré, à des niveaux similaires dans les deux groupes avec stimulation, une amélioration significative de la fraction d’éjection ventriculaire gauche et une augmentation de la contractilité ventriculaire.

Par ailleurs, la stimulation continue était associée à une réduction significative de la norépinéphrine sérique et du Brain Natriuretic Peptide (BNP) par rapport au traitement médical seul. « La norépinéphrine sérique et le BNP sont des biomarqueurs de la sévérité de l’insuffisance cardiaque, explique Hung-Fat Tse. Nos résultats préliminaires suggèrent que la stimulation médullaire continue pourrait produire un bénéfice additionnel par rapport à la stimulation intermittente. »

« Nos résultats suggèrent que la stimulation médullaire pourrait constituer une option thérapeutique alternative pour traiter l’insuffisance cardiaque », conclut-il.

 Dr EMMANUEL DE VIEL
Source : Lequotidiendumedecin.fr

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

A la une

add

Dans la Manche, un maire fait face au désarroi des habitants privés de généralistes

manche

« Nous sommes dans une situation plus que tendue ». Jean-Pierre Lhonneur, maire de Carentan-les-Marais (Manche) depuis 2008, est quelque peu... Commenter

Poses de prothèses en chirurgie ambulatoire : l'AP-HP marque des points

hanche prothese

L'Assistance publique - Hôpitaux de Paris (AP-HP) annonce la réalisation de deux poses de prothèse (totale de hanche et unicompartimentale... Commenter

Éléments en faveur d'une maladie de Lyme chronique, d'après des travaux chez le singe

lyme

Alors qu'en France un protocole de diagnostic et de soins est en cours de rédaction à la Haute Autorité de santé (HAS), les controverses... Commenter

A découvrir
l'annuaire du-diu
GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter
imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter