Dépassements : « négociations difficiles mais espoir d’un accord », juge le directeur de la CNAM

Dépassements : « négociations difficiles mais espoir d’un accord », juge le directeur de la CNAM

25.07.2012
  • Cnam

C’est à 9H50, avec 20 minutes de retard, qu’a débuté ce mercredi la première réunion consacrée aux négociations sur les dépassements d’honoraires, au siège de la CNAM. L’assurance-maladie, les syndicats représentatifs de médecins libéraux (CSMF, MG France, SML, LE BLOC et FMF) et les organismes complémentaires santé participent à cette première réunion « de méthode » (les délégations de jeunes ont également été conviées). La véritable négociation devrait commencer fin août avec l’objectif d’un accord « à la mi octobre », a précisé le directeur de la CNAM, Frédéric van Rœkeghem, dans un entretien à Libération.

Sans avancée significative avant l’automne, la ministre de la Santé Marisol Touraine a été claire : le gouvernement légiférera.

Médecins du secteur II : un accord de modération

« J’ai beaucoup d’espoir de parvenir à un accord », a indiqué Frédéric van Roekeghem, patron de la CNAM à l’ouverture des négociations. Face à « l’augmentation immodérée des dépassements d’honoraires » pour lesquels « il n’existe aucune régulation », Frédéric van Roekeghem souhaite qu’un « accord de modération des dépassements pour les médecins de secteur II » puisse voir le jour.

Il rappelle qu’il faudra que les partenaires parviennent à « définir les conditions de sanction des abus ». Réaliste, le directeur de l’assurance-maladie ne se voile pas la face : « les négociations seront difficiles ». Dans cette partie, « les syndicats jouent gros », indique-t-il : « c’est la crédibilité du dialogue social qui est en jeu ».

Chassang (CSMF) sceptique

Du côté des médecins, on est plus pessimiste. « Nous avons bien sûr bon espoir de trouver un accord, mais nous sommes aussi un peu sceptiques », explique le Dr Michel Chassang, président de la CSMF, premier syndicat de médecins libéraux. « Rien n’est impossible si tous les acteurs font des efforts. Mais évidemment, ce sera difficile de résoudre en un mois et demi ce que personne n’est arrivé à résoudre en 32 ans » (depuis la création du secteur II). Pour le Dr Chassang,l’assurance-maladie doit faire « un effort d’investissement dans la revalorisation des actes de secteur I ». Les médecins doivent de leur côté « accepter de modérer leurs dépassements et se porter volontaires pour entrer dans un nouveau dispositif sous certaines conditions ». Une référence au « contrat » de limitation des dépassements réclamé par le gouvernement. Enfin, le président de la CSMF rappelle que les complémentaires devront mettre la main au portefeuille afin de prendre en charge ces dépassements : « personne ne comprendrait que ce ne soit pas le cas », indique-t-il.

Le BLOC très inquiet

Pour le Dr Jean-Paul Hamon, président de la FMF, « l’accès aux soins » est le « vrai problème » à aborder lors de ces négociations mais la question des tarifs des actes opposables est centrale. « Le médecin français est payé au même niveau que le médecin tchèque », rappelle-t-il. Le Dr Hamon espère une « revalorisation du secteur opposable » et la fin de la « stigmatisation » des médecins.

Dans un communiqué publié en cours de séance, MG France a prévenu qu’il proposerait un plan pour la médecine générale et le secteur I (avec rééquilibrage des revenus, diversification des modes de rémunération, forfaits...) et qu’il défendrait l’objectif d’un « parcours de soins à tarifs remboursables ».

Le Dr Henri Mouysset, anesthésiste-réanimateur et coprésident du BLOC a fait part de sa « grande inquiétude » à l’ouverture de cette séance.

Michel Regereau, président CFDT du conseil de l’UNCAM, espère quant à lui que «  les conclusions des négociations seront bien lisibles et compréhensibles pour la population ».

ANNE BAYLE-INIGUEZ
Source : Lequotidiendumedecin.fr
Commenter 1 Commentaire
 
26.07.2012 à 11h46

« Surtout ne pas partir dans une option de coordination généralisée. Je l'ai subit pendant 2 ans et je me suis bien fait avoir par les caisses !! Pas de remboursement de charges au final car critères Lire la suite

Répondre

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

A la une

add

« L'humanité ne peut s'arrêter aux frontières de la France ! » : le Pr Pitti explique pourquoi il renonce à ses insignes d'officier de la légion d'honneur

Pr Raphaël Pitti

Le Pr Raphaël Pitti, chef du service de réanimation à la polyclinique de Gentilly (Nancy) et médecin humanitaire, a été promu au rang... 10

L'athérosclérose présente chez la moitié des 40-54 ans sans facteur de risque cardiovasculaire… Faut-il s'en soucier ?

athérosclérose

Une tension basse, une glycémie faible et un taux de cholestérol dans la norme suffisent-ils à garantir des artères saines ? Une étude... Commenter

La consommation d’antibiotiques en France reste à la hausse en ville

ANTIBIOTIQUES

La tendance à la hausse de la consommation d’antibiotiques en ville se poursuit depuis 2010, après une période de baisse (2000-2005) puis... 1

A découvrir
l'annuaire du-diu
GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter
imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter