Contre l’œsophage de Barrett, la piste de l’aspirine

Contre l’œsophage de Barrett, la piste de l’aspirine

24.07.2012
  • 1343132219365949_IMG_88018_HR.jpg

    Contre l’œsophage de Barrett, la piste de l’aspirine

Selon une étude américaine, l’aspirine à haute dose serait associée à une réduction du risque d’œsophage de Barrett.

Rappelons que, complication d’un reflux gastro-œsophagien chronique, l’œsophage de Barrett est une métaplasie cylindrique (muqueuse de type intestinale) du bas œsophage. Le risque est l’apparition d’une dysplasie, laquelle fait le lit du cancer (adénocarcinome).

Revenons à la nouvelle étude, conduite par une équipe du Massachusetts General Hospital (Chin Hur et coll.) et publiée dans « Clinical Gastroenterology and Hepatology ». Ce travail a porté sur 434 patients atteints d’un œsophage de Barrett qui ont été comparés à des témoins. Premier résultat : les sujets qui prennent de l’aspirine ont un risque réduit de 44 % d’avoir un œsophage de Barrett. Cela dit, comme le précisent les auteurs, « pour l’instant, il n’est pas question de recommander aux patients à risque de prendre de l’aspirine. Toutefois, si nos résultats se confirment et si un individu à risque d’œsophage de Barrett et de cancer de l’œsophage peut en tirer des bénéfices additionnels, notamment cardiovasculaires, l’aspirine pourrait être discutée ».

Deuxième résultat de ce travail : le risque d’œsophage de Barrett est trois fois plus fréquent chez l’homme que chez la femme.

Procédure de Delphi

Toujours dans l’œsophage de Barrett, signalons la publication dans « Gastroenterology » du mois d’août d’une très grande revue de la littérature conduite par plusieurs équipes internationales sous la direction du Pr Janusz Jankowski (Londres). Ce travail a consisté à passer en revue 12 000 études et en analyser les résultats selon la procédure dite de Delphi, destinée à déboucher sur un accord concernant la force des éléments de preuve issus de ces études (clinique, épidémiologie, moyens de surveillance, approches thérapeutiques, prévention de la dysplasie de haut grade et de l’adénocarcinome précoce.

Après quatre tours de vote de 92 experts internationaux, un consensus (80 % des votants selon le processus de Delphi) a été trouvé pour 81 des 91 points abordés.

Les messages clés qui émergent sont : 1) la nécessité de disposer d’un bon équipement endoscopique ; 2) la supériorité, en terme de sécurité, du traitement endoscopique sur la chirurgie à ciel ouvert ; 3) les biopsies doivent être larges pour que les anatomopathologistes ne passent pas à côté d’un cancer ; 4) on ne dispose d’aucun biomarqueur susceptible de remplacer un bon appareillage, un endoscopiste bien entraîné et un anatomopathologiste méthodique.

 Dr EMMANUEL DE VIEL
Source : Lequotidiendumedecin.fr

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

A la une

add

Agnès Buzyn écarte à nouveau la coercition à l'installation

Buzyn

Agnès Buzyn a écarté ce mercredi la proposition d'un conventionnement sélectif des médecins de secteur II dans les zones surdotées, piste... 1

Une étudiante en PACES de Marseille se suicide, la communauté médicale en émoi

suicide Fac marseille

Une étudiante inscrite en première année commune aux études de santé (PACES) à la faculté de médecine d'Aix-Marseille vient de se donner la... 6

Lévothyrox: le Conseil d'État donne raison au gouvernement dans sa gestion des effets indésirables

Levothyrox

Le Conseil d'État a donné raison ce 13 décembre au gouvernement, face à un patient traité avec le médicament Levothyrox, qui avait saisi en... 3

A découvrir
l'annuaire du-diu
GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter
imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter