Apnées du sommeil : la C-PAP est bénéfique dans les formes modérées

Apnées du sommeil : la C-PAP est bénéfique dans les formes modérées

20.07.2012
  • 1342799088365697_IMG_87957_HR.jpg

Les bienfaits de la ventilation assistée ne faisaient aucun doute dans les formes sévères de syndrome d’apnées obstructives du sommeil (SAOS). Qu’ils existent également dans les formes modérées était en revanche beaucoup moins sûr, jusqu’à l’étude du Pr Terri Weaver (université d’Illinois). Cette étude américaine multicentrique, randomisée, en double aveugle et contrôlée versus placebo, ce qui est une première et une performance à saluer si l’on prend en compte le dispositif de ventilation à simuler, conclut aujourd’hui à l’efficacité de la C-PAP dans les formes modérées. « La C-PAP diminue les symptômes et améliore la qualité de vie chez ces patients, la plus large proportion des sujets atteints de SAOS », commente le Pr Weaver.

Ont été inclus 239 patients dont le SAOS modéré était récemment diagnostiqué et rapportant une somnolence diurne (score de somnolence ESS› 10). Ils ont été randomisés d’abord pour 8 semaines soit dans le groupe C-PAP, soit dans le groupe dispositif factice. Au terme des 8 semaines, les groupes étaient croisés, le groupe C-PAP recevant le dispositif factice et inversement. L’efficacité du traitement était évaluée par un questionnaire sur les objectifs fonctionnels du sommeil (FOSQ).

Si le score moyen FOSQ variait de 0,89 chez les patients activement traités, la variation était de -0,06 chez les patients ayant le traitement fantoche. L’amélioration moyenne du score FOSQ du début à la fin de l’étude était significative, de 1,73 +/- 2,50. Une amélioration significative a été constatée également pour les scores de somnolence ESS, de composante physique en qualité de vie et de troubles de l’humeur. « Comme notre étude a été réalisée dans de grands centres mais aussi dans de plus petits, nos résultats sont hautement généralisables », se félicite le Pr Weaver. L’étude a quelques limites notables néanmoins. Alors que l’on peut s’interroger sur l’observance d’un traitement contraignant dans les formes modérées, la durée journalière de C-PAP était plutôt courte (4,0+/-2 heures/ jour) et encore davantage pour le dispositif factice (3,1+/-2,1 heures/jour).

American Journal of Respiratory and Critical Care Medicine, publié en ligne le 20 juillet 2012.

 Dr IRÈNE DROGOU
Source : Lequotidiendumedecin.fr
Commenter 1 Commentaire
 
21.07.2012 à 11h52

« Qu'en est-il dans les apnées/hypopnées d' origine centrale? »

Répondre

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

A la une

add

Agnès Buzyn écarte à nouveau la coercition à l'installation

Buzyn

Agnès Buzyn a écarté ce mercredi la proposition d'un conventionnement sélectif des médecins de secteur II dans les zones surdotées, piste... 1

Une étudiante en PACES de Marseille se suicide, la communauté médicale en émoi

suicide Fac marseille

Une étudiante inscrite en première année commune aux études de santé (PACES) à la faculté de médecine d'Aix-Marseille vient de se donner la... 6

Lévothyrox: le Conseil d'État donne raison au gouvernement dans sa gestion des effets indésirables

Levothyrox

Le Conseil d'État a donné raison ce 13 décembre au gouvernement, face à un patient traité avec le médicament Levothyrox, qui avait saisi en... 3

A découvrir
l'annuaire du-diu
GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter
imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter