Marseille, un futur pôle de soins pour touristes aisés

Marseille, un futur pôle de soins pour touristes aisés

19.07.2012
  • 1342695387365470_IMG_87911_HR.jpg

    Marseille, un futur pôle de soins pour touristes aisés

Une nouvelle structure médico-touristique, baptisée Pôle santé Méditerranée, espère attirer une clientèle aisée en quête de soins en leur proposant une offre touristique complémentaire. Cette plateforme qui est le fruit d’un partenariat public-privé entre l’Assistance publique-Hôpitaux de Marseille (AP-HM), les centres de soins les Feuillades et Sibourg, à Aix-en-Provence et la Chambre de commerce de Marseille Provence, devrait être opérationnel dès 2013.

« Allier tourisme et médical rime souvent avec une forme de médecine low cost », assure Jacques Pfister, président de la Chambre de commerce de Marseille-Provence. « Les clients vont dans des pays étrangers pour profiter d’un package : soins à moindre coût et visite du pays. Ce que l’on veut proposer, au contraire, c’est une offre très haut de gamme, basée sur des actes médicaux de qualité mondiale. Nous souhaitons aussi que ces clients et leurs familles profitent de l’ensemble de nos services. »

Un secteur créateur de richesses

C’est ainsi qu’est né le Pôle Santé Méditerranée. La convention signée début juillet vise à mutualiser les moyens et les soins sur la région Marseille-Aix, pour que les « riches patients – notamment des pays du Golfe – profitent de l’excellence des soins », souligne Jean-Paul Segade, directeur général de l’AP-HM. « L’idée est partie du constat que la santé est un secteur créateur de richesses, touché lui aussi par la mondialisation. » Les établissements marseillais reçoivent déjà près 1 200 patients étrangers par an mais cette structure devrait décupler cette offre.

Au total, il s’agirait d’augmenter le nombre d’hospitalisations annuelles de 1 % à l’APHM, notamment dans des disciplines dans lesquelles il reste des disponibilités, telles l’orthopédie, l’ophtalmologie et la chirurgie de la main ou la neurologie aux Feuillades, à Aix.

Très concrètement, ce pôle santé devrait être géré à partir d’une plateforme commune où seront centralisées les demandes médicales et touristiques, à partir du premier semestre 2013. « Il ne s’agit pas de faire du tourisme médical », martèle Jean-Paul Segade. Pourtant, cela y ressemble fort.

HÉLÈNE FOXONET, à Marseille
Source : Lequotidiendumedecin.fr

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

A la une

add

Lévothyrox : l'ANSM s'interroge sur l'apport des réseaux sociaux sur la pharmacovigilance

ansm levothyrox

En plus des spécialités de lévothyroxine déjà présentes, une prochaine pourrait arriver début 2018. « Une évaluation de demande d’AMM pour... 9

Un exosquelette permet à un jeune chirurgien italien paraplégique d'opérer ses patients

Marco Dolfin

Chirurgien orthopédiste en milieu hospitalier à Turin, Marco Dolfin est devenu paraplégique à la suite d'un accident de la route. Après un... 4

Au carrefour de l'hôpital et des soins de villeSous-utilisée mais prometteuse, l'HAD trace sa route

Abonné
had

Lors des universités d'hiver de l'hospitalisation à domicile, organisées par la FNEHAD, la ministre de la Santé a insisté sur la nécessité... Commenter

A découvrir
l'annuaire du-diu
GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter
imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter