Le SYNGOF interpelle le ministère sur la contraception préventive

Le SYNGOF interpelle le ministère sur la contraception préventive

19.07.2012
  • 1342689057365359_IMG_87886_HR.jpg

Alors que la ministre de la Santé Marisol Touraine entend simplifier l’accès à la contraception, le Syndicat national des gynécologues obstétriciens de France (SYNGOF) s’interroge « sur des mesures redondantes avec des dispositifs déjà existants et qui ne permettent pas d’améliorer l’accès à une contraception préventive, pourtant prioritaire pour les jeunes femmes ».

Concernant l’accès simplifié à la pilule contraceptive, Marisol Touraine prévoit que, « sur présentation d’une ordonnance de moins d’un an », les femmes pourront recevoir « une contraception dans une pharmacie sans qu’il soit nécessaire de retourner voir un médecin ou une sage-femme ». Cette mesure vient confirmer un dispositif déjà voté dans la loi HPST (article 17 bis, amendé et adopté) « mais qui n’était sans doute pas encore paru au "Journal officiel” », commente le syndicat.

220 000 IVG

De même, le SYNGOF prend acte du fait que « les étudiantes dans les universités pourront se voir délivrer une contraception d’urgence gratuite, comme c’est le cas aujourd’hui dans les collèges et les lycées ». Il interpelle toutefois la ministre sur la nécessité « d’intervenir en amont sur la contraception préventive », tandis que sont pratiquées 220 000 interruptions volontaires de grossesse en France chaque année. Pour le syndicat, la réflexion doit s’orienter sur l’accès à une contraception régulière des mineures, en améliorant notamment l’anonymat, le remboursement des consultations de prescription et de suivi contraceptif ainsi que le remboursement de tous les contraceptifs, « en particulier les micro-pilules de troisième génération, les anneaux et patchs contraceptifs ».

S’agissant de la contraception définitive que Marisol Touraine souhaiterait élargir « pour tout le monde quel que soit l’âge des femmes », le SYNGOF recommande « la plus grande vigilance » sur la simplification de l’accès à un acte irréversible. Le syndicat appelle la ministre à une « plus grande concertation avec les professionnels de santé » sur les dispositifs visant à améliorer significativement la prévention du risque de grossesse.

STÉPHANIE HASENDAHL
Source : Lequotidiendumedecin.fr
Commenter 1 Commentaire
 
20.07.2012 à 07h43

« La prescription annuelle de contraceptifs oraux pour un an existe déjà. L'initiative de notre ministre est redondante, elle témoigne décidément de son absence de concertation avec le milieu médical. Lire la suite

Répondre

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

A la une

add

Les Généralistes CSMF planchent sur la démographie et contestent le « zonage » des ARS

Réunis en comité directeur, les Généralistes CSMF (ex-UNOF) ont décidé d'entamer un travail de fond sur leur projet politique, ciblé sur la... 1

Prendre en charge le burn-out : la HAS donne ses recommandations

burn out

En réponse à une saisine du ministère de la Santé au printemps 2016, la Haute Autorité de santé (HAS) rend publiques ses recommandations... 7

Le nouveau syndicat pour les infirmiers de bloc va consulter sur les conditions de travail

ibode

Depuis le 9 mai, les quelque 7 000 infirmiers diplômés d'État de bloc opératoire (IBODE) sont officiellement représentés par le Syndicat... Commenter

A découvrir
l'annuaire du-diu
GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter
imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter