Hollande rouvre le débat sur la fin de vie et confie une mission au Pr Sicard

Hollande rouvre le débat sur la fin de vie et confie une mission au Pr Sicard

17.07.2012
  • 1342538198365208_IMG_87847_HR.jpg

C’était une des promesses du candidat Hollande : « Je proposerai, écrivait-il dans son programme, que toute personne majeure en phase avancée ou terminale d’une maladie incurable, provoquant une souffrance physique ou psychique insupportable et qui ne peut être apaisée, puisse demander, dans des conditions précises et strictes, à bénéficier d’une assistance médicalisée pour terminer sa vie dans la dignité. »

Ce 17 juillet, à l’issue d’une visite à la maison médicale Notre-Dame du Lac, un centre de soins palliatifs situé à Rueil-Malmaison dans les Hauts-de-Seine, le président de la République a fait un pas dans cette direction, sans toutefois prononcer le mot « euthanasie ». Assurant respecter « les consciences et les voix des autorités spirituelles », François Hollande a posé la question de savoir si on pouvait « aller plus loin » que la loi Leonetti « dans les cas exceptionnels, et quand la douleur est irréversible et appelle un acte médical assumé. Le débat mérite d’être engagé sans polémique ni caricature ».

Le président a annoncé avoir confié au Professeur Didier Sicard, ancien président du Comité consultatif national d’éthique (CCNE) entre 1999 et 2008, « un travail de concertation » sur ce thème. Il a précisé que le CCNE serait saisi des propositions émises par la mission Sicard pour en délibérer. « Parfois, le souffle de la vie n’exprime plus que le souhait de mourir, a insisté le président de la République. Et qui a vu un proche partir dans la souffrance sait de quoi je parle. » En 2003, le CCNE, alors présidé par Didier Sicard, avait proposé de créer la notion d’« exception d’euthanasie ». Dans son esprit, il s’agissait d’un dispositif juridique destiné à favoriser l’indulgence de la justice en cas de plainte d’une famille après le décès d’un proche, s’il était avéré que l’acte avait été commis par l’équipe soignante dans un esprit de compassion.

Une réforme des soins palliatifs dans les prochains mois

Outre son président, la mission Sicard a déjà un membre identifié. Il s’agit du Pr Régis Aubry, chef du département douleur - soins palliatifs du CHU de Besançon, et président de l’Observatoire de la fin de vie. « Il faut mettre toutes les questions liées à la fin de vie sur la table, indiquait-il en marge du discours présidentiel, il n’y a jamais eu de débat citoyen sur ces questions, et la médecine n’a pas vocation à se substituer à la société sur ces questions ».

Le président de la République a enfin fait part de son intention de combler le retard français en matière de soins de suite, « en tenant compte de la diversité des situations, car l’enjeu n’est pas que le nombre de lits, la fin de vie, c’est aussi l’hôpital de jour, les soins à domicile ou en structures pour personnes âgées ». François Hollande a pris l’engagement de diversifier l’offre de soins palliatifs, « cette réforme sera engagée dans les prochains mois », a-t-il conclu.

 HENRI DE SAINT ROMAN
Source : Lequotidiendumedecin.fr
Commenter 5 Commentaires
 
18.07.2012 à 07h09

« La loi Leonetti me paraît quasi complète. Peut-on faire mieux ? De la discussion, peut jaillir une nouvelle lumière. Je suis sympathisant socialiste mais je reconnais en la loi Leonetti d'énormes qu Lire la suite

Répondre
 
17.07.2012 à 22h49

? La peine de mort a été abolie en 1981 par une majorité socialiste.
L'euthanasie rétablit la peine de mort pour ceux dont la souffrance NOUS est insupportable. Merci à tous ceux qui sèment la Lire la suite

Répondre
 
17.07.2012 à 21h02

« Le Président François Hollande est en recul au regard de ses promesses de campagne. Il sait que l'euthanasie active n'a pas la majorité de l'opinion.
Mais beaucoup de militants de "MOURIR DANS LA DI Lire la suite

Répondre
 
17.07.2012 à 20h26

« Hier les hémophiles, aujourd'hui les vieux : quand va s'arrêter cette obsession ? Ce n'est pas parce qu'un malade coûte cher qu'il faut chercher à l'éliminer. Actuellement, avec la loi Léonetti, cel Lire la suite

Répondre
 
17.07.2012 à 20h10

« Chacun a le droit moral de parler seulement de la fin de sa propre vie. »

Répondre

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

A la une

add

Dans la Manche, un maire fait face au désarroi des habitants privés de généralistes

manche

« Nous sommes dans une situation plus que tendue ». Jean-Pierre Lhonneur, maire de Carentan-les-Marais (Manche) depuis 2008, est quelque peu... 1

Poses de prothèses en chirurgie ambulatoire : l'AP-HP marque des points

hanche prothese

L'Assistance publique - Hôpitaux de Paris (AP-HP) annonce la réalisation de deux poses de prothèse (totale de hanche et unicompartimentale... Commenter

Éléments en faveur d'une maladie de Lyme chronique, d'après des travaux chez le singe

lyme

Alors qu'en France un protocole de diagnostic et de soins est en cours de rédaction à la Haute Autorité de santé (HAS), les controverses... Commenter

A découvrir
l'annuaire du-diu
GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter
imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter