Les sept chefs d’orchestre de la taille des seins

Les sept chefs d’orchestre de la taille des seins

04.07.2012

Un travail sur plus de 16 000 femmes a permis d’identifier 7 polymorphismes impliqués dans la taille de seins. Trois d’entre deux étaient déjà connus dans le cancer du sein.

  • 1341409352363272_IMG_87395_HR.jpg

    Les sept chefs d’orchestre de la taille des seins

On sait que certains facteurs morphologiques du sein, notamment la densité mammaire, sont directement impliqués dans le cancer du sein. La relation entre taille des seins et cancers est en revanche moins claire, même si quelques études ont suggéré que le fait d’avoir de gros seins à un jeune age est lié à un risque discrètement majoré de cancer du sein.

Pour en savoir plus, la société 23andMe a mis en place une étude sur 16 175 femmes d’origine européenne. Ces femmes donnaient des renseignements sur leurs soutiens-gorge : tour de poitrine et la taille des bonnets. On notait leur âge, leur origine ethnique, les éventuelles interventions mammaires subies, leurs grossesses et les allaitements. Enfin, un recueil salivaire a permis d’analyser chez chacune d’entre elles des millions de polymorphismes.

Résultats : les chercheurs ont identifié 7 polymorphismes (situés sur 6 loci) significativement associés à la taille des seins : 1 près du locus ZNF703, 2 juste à côté de INHBB, 1 près de ESR1, 1 près de ZNF365, 1 près de PTHLH et 1 près de AREG. Trois de ces polymorphismes (situés près de SR1, PTHLH et EZNF365) sont étroitement corrélés à des polymorphismes associés au cancer du sein. Les trois autres loci (ZNF703, INHBB et AREG) sont fortement liés à la régulation par les estrogènes et au développement mammaire.

« Ces résultats éclairent les facteurs génétiques qui sous-tendent le développement mammaire et montrent que certains de ces facteurs sont communs avec le cancer du sein », conclut Eriksson. « Même si ces résultats ne supportent pas directement les relations épidémiologiques connues entre taille des seins et cancer, cette étude contribue à une meilleure compréhension des interactions subtiles entre morphologie mammaire et risque de cancer. »

BMC Medical Genetics online.

 Dr EMMANUEL DE VIEL
Source : Lequotidiendumedecin.fr

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

A la une

add

Journée contre l'abus de drogue : le cannabis reste le produit illicite le plus consommé en France

cannabis

À l’occasion de la journée internationale contre l’abus et le trafic de drogues de ce lundi 26 juin, l'Observatoire français des drogues et... Commenter

Le nombre d’IVG continue de baisser, légèrement, en France

ivg

Le nombre d’interruptions volontaires de grossesse (IVG) s’élevait à 211 900 en France en 2016, en légère baisse pour la troisième année de... 2

Après « la honte de l’ECNi 2017 », le Pr Bergmann prône « une solution simple et efficace »

Pr Bergmann

« Plus jamais ça ». Quelques jours après l’énorme raté des épreuves classantes nationales informatisées (ECNi), obligeant plus de 8 000 étud... 13

A découvrir
l'annuaire du-diu
GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter
imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter