Tremblements dans la SEP : la toxine botulique efficace

Tremblements dans la SEP : la toxine botulique efficace

03.07.2012
  • 1341327473363005_IMG_87338_HR.jpg

    Tremblements dans la SEP : la toxine botulique efficace

Encore controversée dans la maladie de Parkinson et les tremblements essentiels, la toxine botulique pourrait se révéler bénéfique dans les tremblements associés à la sclérose en plaques (SEP). C’est ce que suggère une équipe australienne (Melbourne) dans une petite étude randomisée ayant inclus 23 patients présentant un tremblement bilatéral. Alors qu’il n’existe pas de traitement médical et que la neurochirurgie est grevée d’effets secondaires graves, l’option des injections ciblées pourrait être amenée à se développer à l’avenir, puisque jusqu’à deux tiers des patients ayant une SEP seraient concernés, à des degrés divers.

Les tremblements liés à la SEP peuvent être de tous types, posturaux, cinétiques, intentionnels ou mixtes. L’intensité des tremblements était mesurée dans l’étude à l’aide d’une échelle validée, le score Bain, allant de 0 (pas de tremblement) à 10 (tremblement extrême). Des exercices de la vie quotidienne, tels qu’écrire une phrase et dessiner une spirale, étaient évalués à intervalle régulier, à l’inclusion, à six et douze semaines.

La toxine botulique (de type A) était délivrée à l’aide d’injections ciblées sous guidage EMG, à l’inclusion et à trois mois. Afin d’être le plus précis possible, le repérage des muscles concernés était vérifié lors des mouvements du patient. La dose injectée était en moyenne de 83 UI, au maximum de 100 UI.

À six et douze semaines, la sévérité du tremblement mesurée au Bain score était significativement améliorée par rapport au groupe témoin, de même que l’écriture et le dessin. Près de 42,2 % du groupe toxine botulique ont présenté une faiblesse musculaire transitoire, allant de légère à modérée, et totalement réversible en deux semaines. Il reste que la qualité de vie ne s’en est pas trouvée améliorée, peut-être du fait que les patients ont du mal à faire la part des choses entre le handicap global lié à la SEP et celui spécifique lié aux tremblements des bras.

Neurology 2012; 79:92-99

 Dr I. D.
Source : Lequotidiendumedecin.fr
Commenter 1 Commentaire
 
03.07.2012 à 21h29

« Sans "sigma significatif" possible à définir en trop petit échantillonnage non aléatoire les résultats me semblent devoir être confirmés par d'autres études. »

Répondre

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

A la une

add

Les Généralistes CSMF planchent sur la démographie et contestent le « zonage » des ARS

Réunis en comité directeur, les Généralistes CSMF (ex-UNOF) ont décidé d'entamer un travail de fond sur leur projet politique, ciblé sur la... 1

Prendre en charge le burn-out : la HAS donne ses recommandations

burn out

En réponse à une saisine du ministère de la Santé au printemps 2016, la Haute Autorité de santé (HAS) rend publiques ses recommandations... 6

Le nouveau syndicat pour les infirmiers de bloc va consulter sur les conditions de travail

ibode

Depuis le 9 mai, les quelque 7 000 infirmiers diplômés d'État de bloc opératoire (IBODE) sont officiellement représentés par le Syndicat... Commenter

A découvrir
l'annuaire du-diu
GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter
imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter