Polémique sur les génériques : l’Académie de médecine persiste et signe

Polémique sur les génériques : l’Académie de médecine persiste et signe

02.07.2012
  • 1341241757362621_IMG_87260_HR.jpg

Quatre mois après la publication de son rapport décrié sur « la place des génériques dans la prescription », l’Académie de médecine procède à une nouvelle mise au point. « Ce rapport n’a jamais eu pour objectif de freiner le développement des génériques en France », insiste-t-elle, rappelant que la baisse des ventes avait débuté dès 2011 alors que le rapport est paru le 14 février 2012.

L’institution précise cependant qu’elle a pour mission de veiller à la préservation de la santé publique. Elle jugedonc « de son devoir de rappeler que les génériques, comme tout médicament, ne sauraient être prescrits sans tenir compte du patient auquel ils sont destinés, et de la maladie à traiter ».

L’intérêt du patient doit primer

Sur ces bases, elle persiste et signe et juge que « des précautions s’imposent » dans la prescription de certains traitements à faible marge thérapeutique (comme les antiépileptiques ou les traitements de l’hypothyroïdie), « dès lors qu’une faible variation de biodisponibilité ou de composition peut entraîner une différence d’activité ».

L’institution déplore même « qu’au prétexte de l’accroissement souhaitable de l’utilisation des génériques au titre de la maîtrise des dépenses publiques, des considérations d’ordre économique puissent risquer de l’emporter sur l’intérêt du patient ».

L’Académie revient aussi sur la mention « non substituable » (NS), qualifiée de droit pour les médecins. « Toute demande de non-substitution médicament justifiée doit donc être obligatoirement respectée par le pharmacien », rappelle-t-elle.

 H.S.R.
Source : Lequotidiendumedecin.fr
Commenter 5 Commentaires
 
03.07.2012 à 11h52

« EXACT. Il arrive que certains génériques soient plus chers que la spécialité d'origine, notamment quand la comparaison est faite sur la quantité (8 au lieu de 12). La boîte de générique est moins c Lire la suite

Répondre
 
03.07.2012 à 09h04

« Exact ! Je l'ai constaté plus d'une fois. »

Répondre
 
02.07.2012 à 22h03

« Le pire, c'est que les patients et les médecins ne savent plus reconnaître les medicaments prescrits. »

Répondre
 
02.07.2012 à 22h02

« Je crois que cette histoire de générique plus cher que les originaux est un hoax. En fait la comparaison se fait entre deux formes lyoc de spasfon dans lesquelles le nombre de cachet est différent c Lire la suite

Répondre
 
02.07.2012 à 19h55

« Il arrive que le générique soit PLUS CHER que la spécialité d'origine. À qui cela profite-t-il ? »

Répondre

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

A la une

add

Le vin, un alcool comme les autres ? L'Élysée désavoue Buzyn, les acteurs de la santé publique s'indignent

Vin

Le vin est-il un alcool comme un autre ? La polémique ne cesse d'enfler entre défenseurs de la santé publique et partisans du monde... 30

Recertification : rapport en septembre, les médecins libéraux furieux d'avoir été exclus du comité de pilotage

Un rapport sur la recertification des compétences des médecins sera rendu en septembre 2018 par une mission installée jeudi, annoncent les... 25

Plan de prévention de la radicalisation : les professionnels de la santé concernés

radicalisation

Le Premier ministre Édouard Philippe, accompagné notamment de la ministre de la Santé Agnès Buzyn, a dévoilé un plan national de prévention... 3

A découvrir
l'annuaire du-diu
GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter
imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter