Un antidote alimentaire pour un excès d’arsenic

Un antidote alimentaire pour un excès d’arsenic

29.06.2012
  • 1340983863362393_IMG_87189_HR.jpg

    Un antidote alimentaire pour un excès d’arsenic

Nous serions des millions exposés à l’arsenic d’origine alimentaire ou de certaines eaux, explique Joann Gruber auteure d’un travail sur une alimentation protectrice en cas d’exposition excessive.

Publiée dans le « Nutrition Journal », cette étude démontre qu’un régime alimentaire riche en vitamine B12, en protéines animales, en graisses d’origine végétale ou animale, est associé avec une concentration moindre d’arsenic dans les zones qui les concentrent, comme les cheveux et les ongles. À l’inverse, les acides oméga 3 des huiles de poisson augmenteraient sa concentration.

Les risques sanitaires

Au long cours, l’arsenic entraîne des lésions cutanées, des cancers et des maladies cardio-vasculaires. Après une exposition prolongée, par ingestion d’eau contaminée, les symptômes les plus courants sont des lésions dermiques. Le cancer de la peau survient plus tardivement et met en général plus de dix ans à apparaître. Les études d’exposition à l’arsenic ont fait état d’hypertension artérielle, de diabète et de malformations fœtales. La symptomatologie provoquée semble être différente selon les individus, les groupes de populations et les zones géographiques. Ainsi, la « maladie du pied noir » étudiée à Taïwan n’a pas été observée ailleurs.

Les valeurs toxicologiques de référence

L’arsenic est un oligoélément (As) au même titre que le chrome, l’iode, le manganèse etc. Pour la population générale, la principale source d’exposition à l’arsenic est la voie orale via l’eau et les aliments. Les produits de la mer (coquillages et poissons) et la viande en sont les principaux représentants. Il est difficile de comparer l’apport d’arsenic provenant de la nourriture à celui provenant de l’eau de boisson car la forme et la biodisponibilité biologique ne sont pas les mêmes dans ces matrices. Au vu des données de la littérature, une valeur maximale des apports par les aliments solides de 15 µg/j en arsenic inorganique a été retenue. Concernant l’eau de distribution, la limite est fixée à 10 µg/l par le code de santé publique.

 Dr ANNE TEYSSÉDOU-MAIRÉ
Source : Lequotidiendumedecin.fr

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

A la une

add

Climat et santé : le CNOM appelle les médecins à sensibiliser leurs patients

pollution

« Les médecins sont les premiers à prendre en charge les conséquences du changement climatique sur la santé de leurs patients. Ils doivent p... 4

Les libéraux de l'UNPS cherchent des alternatives au tiers payant généralisé

tiers payant

Discuter avec le gouvernement d'une alternative au tiers payant généralisé ? L'Union nationale des professionnels de santé (UNPS) n'est pas... 9

A découvrir
l'annuaire du-diu
GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter
imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter