Le scorbut présent dans les populations précaires

Le scorbut présent dans les populations précaires

29.06.2012
Le Dr Pierre Francès (Banyuls-sur-Mer) a étudié pendant deux ans une population de personnes en situation précaire, à la recherche de manifestations de scorbut. Le diagnostic est trouvé chez 48 personnes parmi 1 328 consultants.
  • 1340991029362425_IMG_87196_HR.jpg

    Le scorbut présent dans les populations précaires

Le scorbut, ancienne « peste des marins », qui est censé avoir disparu des pays développés depuis deux siècles, se retrouve au sein des populations précaires, chez qui il ne doit pas être méconnu.

Une étude réalisée en 2006 a montré la présence d’une carence en vitamine C (VC) chez 10 % des personnes recevant une aide alimentaire. Les symptômes apparaissent à partir d’un à trois mois d’une réduction des apports en VC (moins de 5 mg/j). L’apport quotidien doit être de 60 à 100 mg.

Le Dr Francès rapporte une étude prospective, réalisée dans deux centres de SDF, où il consulte en tant que médecin bénévole. Sur une période de deux ans, chez 1 328 consultants, le médecin a regardé systématiquement l’état de la bouche des patients et les a examinés de la tête aux pieds à la recherche de manifestations hémorragiques.

Le diagnostic d’hypovitaminose C a été porté chez 48 personnes. Environ la moitié des patients avaient moins de 40 ans, dont 20 % entre 18 et 30 ans. Du point de vue de la symptomatologie, tous les cas présentaient des atteintes des gencives : gingivorragies, hypertrophie gingivale, gingivites et/ou pertes dentaires. Les symptômes hémorragiques étaient au premier plan chez 35,5 % des personnes : gingivales, pétéchies, purpura sur les membres. Et 31,5 % accusaient une asthénie avec des myalgies et des arthralgies.

Les facteurs associés ont également été évalués. Les facteurs psychiques accompagnent 83,4 % des cas, une intoxication éthylique 41,7 % et une intoxication tabagique 94 %. Par rapport au total des cas recensés, 73 % ont bénéficié d’un diagnostic biologique et seuls 25 % avaient une couverture sociale. Le dosage de la VC n’est pas pris en charge par notre système social.

L’auteur note que, même si le travail pêche par un effectif restreint, « il permet de mettre en lumière une pathologie que nous pensions avoir oubliée ». Des cas peuvent d’ailleurs avoir été omis.

Sa recrudescence est favorisée par des modifications des régimes alimentaires au sein de notre société de consommation : fréquentation des fast-foods, surgelés, absence de denrées fraîches… Le tabagisme est consommateur de VC.

« Le scorbut n’est plus une pathologie des navigateurs, c’est devenu une pathologie terrestre liée à l’exclusion. » Le diagnostic repose avant tout sur la clinique. L’auteur appelle à une éducation des populations défavorisées, et aussi des personnes qui s’occupent des repas dans les foyers de SDF, des associations alimentaires (restos du cœur, banque alimentaire) et des épiceries solidaires pour ne pas oublier les fruits et légumes frais.

Fait inquiétant aussi : on a trouvé aussi chez des adolescents américains, qui ne sont pas en situation précaire mais s’alimentent de manière très sélective, des carences avérées en VC.

Communication du Dr Pierre Francès (Banyuls sur Mer) au Congrès de Recherche en médecine générale de Nice.

Dr BÉATRICE VUAILLE
Source : Lequotidiendumedecin.fr
Commenter 1 Commentaire
 
25.07.2012 à 12h13

« On retrouve également des carences en vitamine C après chirurgie bariatrique si on les recherche par l'interrogatoire alimentaire et dosage vitaminique. »

Répondre

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

A la une

add

« L'humanité ne peut s'arrêter aux frontières de la France ! » : le Pr Pitti explique pourquoi il renonce à ses insignes d'officier de la légion d'honneur

Pr Raphaël Pitti

Le Pr Raphaël Pitti, chef du service de réanimation à la polyclinique de Gentilly (Nancy) et médecin humanitaire, a été promu au rang... 11

L'athérosclérose présente chez la moitié des 40-54 ans sans facteur de risque cardiovasculaire… Faut-il s'en soucier ?

athérosclérose

Une tension basse, une glycémie faible et un taux de cholestérol dans la norme suffisent-ils à garantir des artères saines ? Une étude... Commenter

La consommation d’antibiotiques en France reste à la hausse en ville

ANTIBIOTIQUES

La tendance à la hausse de la consommation d’antibiotiques en ville se poursuit depuis 2010, après une période de baisse (2000-2005) puis... 1

A découvrir
l'annuaire du-diu
GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter
imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter