Myopathie de Duchenne : une protéine réparatrice ouvre une voie

Myopathie de Duchenne : une protéine réparatrice ouvre une voie

25.06.2012
L’administration exogène d’une protéine de réparation membranaire pourrait constituer une approche pour la dystrophie musculaire de Duchenne.
  • 1340631884361067_IMG_86911_HR.jpg

    Myopathie de Duchenne : une protéine réparatrice ouvre une voie

L’équipe de Weisleder avait montré il y a trois ans que la Mitsugumine MG53 (ou TRIM72) joue un rôle central dans la réparation membranaire du muscle strié.

Dans leur nouvelle étude, Weisleder et coll. ont exploré le potentiel thérapeutique de la protéine MG53 pour réparer les membranes endommagées.

Ils ont tout d’abord constaté que le traitement in vitro par une protéine recombinante MG53 humaine (rhMG53), produite dans E. coli, confère une protection dose-dépendante contre les lésions induites de façon mécanique, chimique ou par laser UV, sur des cellules musculaires et non musculaires.

En effet, en plus de l’action intracellulaire de MG53, la lésion de la membrane cellulaire expose un signal qui peut être détecté par la MG53, ce qui permet à la MG53 recombinante de se localiser au site de lésion et de réparer la lésion membranaire.

Les chercheurs ont ensuite traité in vivo des souris mdx déficientes en dystrophine, un modèle animal de DMD ; des injections intramusculaires ou intraveineuses de rhMG53 ralentissent le développement de la maladie et réduisent la pathologie musculaire chez ces souris, en comparaison à des injections de solution saline, cela même en présence d’une toxine endommageant la membrane.

Ce processus de réparation agit également dans les fibres musculaires isolées à partir des souris mdx déficientes en l’une des deux protéines naturelles de réparation – MG53 ou dysferline –, ce qui suggère que l’administration exogène de rhMG53 agit par un nouveau mécanisme, autre que la machinerie intracellulaire, pour réparer la membrane cellulaire endommagée.

Enfin, les chercheurs ont constaté que les taux sériques de MG53 sont élevés chez les souris mdx au repos, comparées aux souris normales, et davantage encore après l’exercice. Ce qui suggère que les taux sériques de MG53 pourraient procurer un nouveau biomarqueur sérique pour détecter et surveiller la progression de la maladie musculaire chez les patients DMD.

Les essais cliniques pourraient commencer dans deux ans.

Weisleder et coll., « Science Translational Medicine », 20 juin 2012.

 Dr VÉRONIQUE NGUYEN
Source : Lequotidiendumedecin.fr

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

A la une

add

Les Généralistes CSMF planchent sur la démographie et contestent le « zonage » des ARS

Réunis en comité directeur, les Généralistes CSMF (ex-UNOF) ont décidé d'entamer un travail de fond sur leur projet politique, ciblé sur la... 1

Prendre en charge le burn-out : la HAS donne ses recommandations

burn out

En réponse à une saisine du ministère de la Santé au printemps 2016, la Haute Autorité de santé (HAS) rend publiques ses recommandations... 4

Le nouveau syndicat pour les infirmiers de bloc va consulter sur les conditions de travail

ibode

Depuis le 9 mai, les quelque 7 000 infirmiers diplômés d'État de bloc opératoire (IBODE) sont officiellement représentés par le Syndicat... Commenter

A découvrir
l'annuaire du-diu
GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter
imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter