Hôpital de Périgueux : les urgentistes vent debout contre la suppression des gardes en nuit profonde

Hôpital de Périgueux : les urgentistes vent debout contre la suppression des gardes en nuit profonde

18.06.2012
  • 1340015982358832_IMG_86287_HR.jpg

Depuis le 2 mai, 22 des 25 urgentistes du centre hospitalier de Périgueux (672 lits) mènent un mouvement de grève tout en continuant à assurer la prise en charge des patients. Inquiets des conséquences sur la permanence des soins, ils protestent contre la décision de supprimer la ligne de garde en nuit profonde, effective depuis le mois de mai. Seuls quatre médecins au lieu de cinq (le dernier est désormais d’astreinte) s’occupent des 30 lits des urgences entre minuit et huit heures du matin. « Nous sommes dans un département très rural ou les urgences gèrent 32 000 passages par an, constate le Dr Véronique Barussaud, déléguée départementale de l’association des médecins urgentistes de France (AMUF). Selon les chiffres, nous devrions être huit médecins. Nous demandons simplement à rester cinq. »

Depuis le début du conflit, la direction « n’a donné aucun signe de vie » et l’Agence régionale de santé (ARS) « n’a fait aucun mouvement » envers les grévistes, regrette le Dr Barussaud.

Ce mardi, le Dr Patrick Pelloux, président de l’AMUF est attendu sur place pour tenir une conférence de presse. Soutenus par l’intersyndicale Avenir hospitalier et Force ouvrière (FO), les grévistes compte aussi sur l’implication de Bernard Cazeau, sénateur socialiste, président du conseil général de Dordogne et médecin.

Marisol Touraine, ministre de la Santé, a été alertée par courrier.

Cette suppression des gardes en nuit profonde, décidée d’après les recommandations de l’Agence nationale d’appui à la performance (ANAP) des établissements de santé, s’inscrit dans le cadre d’une nouvelle politique de réorganisation du service qui vise à mutualiser les services des urgences et du SAMU-SMUR.

La Dordogne est le troisième plus grand département de France. C’est aussi l’un des plus touchés par la désertification médicale.

ANNE BAYLE-INIGUEZ
Source : Lequotidiendumedecin.fr
Commenter 3 Commentaires
 
19.06.2012 à 20h52

« On parle d'un service d'urgence...
32000 passages par an. 87 passages par jour, dont j'imagine 1/3 la nuit.
Et on parle pas de consultation de 5 minutes, mais des prises en charge de 1h30 minimum. »

Répondre
 
19.06.2012 à 06h08

« Cette mesure repose probablement sur une statistique. Il est dans la logique d'un syndicat français de refuser toute adaptation, quoi qu'il en coûte de ne pas la faire. »

Répondre
 
18.06.2012 à 22h25

« C'est une blague ! 5 médecins pour 30 lits soit 6 patients par médecin ! Où est le problème en nuit profonde ? Que pensent les médecins libéraux du cru ? »

Répondre

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

A la une

add

ECNi 2017 : les spécialités qui font vibrer les internes

Près de 8 000 futurs médecins ont fait le choix de leur spécialité d'internat.

« Le Quotidien » a calculé l'indice d'attractivité des 44 disciplines proposées, à l'issue des choix de postes d'internat. 3

Aluminium dans les vaccins : rien pour l'instant ne remet en cause la balance bénéfice risque

vaccins

« Vaccins. Le rapport qui dérange » titre en « une » « le Parisien » de ce 22 septembre. « Exclusif. D'après un rapport sérieux et inédit, b... 11

Quatre ans après la « crise » des pilulesLa diversification de la contraception se poursuit chez les 20-30 ans

Abonné
pilule

Santé publique France a voulu suivre l'évolution des pratiques en matière de contraception depuis la polémique autour des pilules en 2012.... Commenter

A découvrir
l'annuaire du-diu
GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter
imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter