Cancers thyroïdiens à bas risque : un protocole français

Cancers thyroïdiens à bas risque : un protocole français

07.05.2012
Une équipe de l’Institut Gustave-Roussy a comparé différentes modalités de prise en charge des cancers de la thyroïde à bas risque après la chirurgie, et déterminé un protocole mieux toléré avec une moindre irradiation de l’organisme, comparé au traitement standard.
  • 1336381114346721_IMG_83355_HR.jpg

    Cancers thyroïdiens à bas risque : un protocole français

Le chef du service de médecine nucléaire à l’Institut Gustave-Roussy (Pr Martin Schlumberger) et ses collègues de 24 centres français ont mené une étude clinique chez 752 patients atteints de cancer de la thyroïde à faible risque. L’objectif est de définir les meilleures modalités de traitement par l’iode 131 (iode radioactif) après thyroïdectomie complète.

Quatre stratégies ont été évaluées. Les patients ont été randomisés pour être traités selon l’une des modalités :

– traitement standard : sevrage en hormone thyroïdienne, puis 100 millicuries d’iode 131 ;

– sevrage en hormone thyroïdienne, puis 30 millicuries d’iode 131 ;

– traitement par hormone thyroïdienne, injections de TSH humaine recombinante, puis 100 millicuries d’iode 131 ;

– traitement par hormone thyroïdienne, injections de TSH humaine recombinante, puis 30 millicuries d’iode 131.

« Cette étude montre que l’efficacité de ces deux activités d’iode 131, d’une part, et de TSH humaine recombinante ou de sevrage, d’autre part, est équivalente », chez les patients atteints de cancer de la thyroïde à faible risque, « avec des taux de succès (destruction de tout tissu thyroïdien restant après chirurgie) de plus de 90 %. »

Après l’ablation chirurgicale de la thyroïde, cette nouvelle modalité thérapeutique consiste à administrer l’hormone thyroïdienne (la thyroxine) pour compenser l’absence de thyroïde, puis en une injection intramusculaire de TSH humaine recombinante deux jours de suite, puis l’administration de 30 millicuries d’iode 131 le lendemain de cette deuxième injection, précisent les auteurs.

« Son efficacité est équivalente à celle du traitement utilisé jusqu’à présent, mais elle évite l’hypothyroïdie et est associée à une diminution importante de l’irradiation de l’organisme par l’iode 131. »

« New England Journal of Medicine », 3 mai 2012.

 Dr BÉATRICE VUAILLE
Source : Lequotidiendumedecin.fr

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

A la une

add

À 89 775 euros, hausse timide du revenu moyen des médecins libéraux en 2016

revenus impots

Le cru 2016 des revenus nets des médecins libéraux (BNC, après charges et avant impôt) s'est révélé très moyen, détaille la Caisse autonome... 2

Interdiction de la cigarette au cinéma : Agnès Buzyn ne l’a « jamais envisagée »

tabac

Un début de polémique a eu lieu entre le cinéma français et Agnès Buzyn, vite déminée par cette dernière. Le mercredi 15 novembre, à... 2

Bientôt un numéro d'appel unique pour aider les médecins qui souffrent

ENTRAIDE

Repérer les médecins en souffrance, prévenir les suicides, les aider à se soigner voire à se reconvertir : tel est l'esprit de la... 2

A découvrir
l'annuaire du-diu
GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter
imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter