Polémique autour des antennes de téléphonie sur les immeubles du CHU de Lyon

Polémique autour des antennes de téléphonie sur les immeubles du CHU de Lyon

23.04.2012
Des associations de locataires et de riverains s’insurgent contre la pose d’antennes de téléphonie mobile sur des immeubles appartenant au CHU de Lyon.
  • 1335186396344469_IMG_82780_HR.jpg

    Polémique autour des antennes de téléphonie sur les immeubles du CHU de Lyon

Plusieurs associations de locataires et de riverains, rejointes dans leur mobilisation par des groupements écologistes lyonnais, dynamiques, notamment ceux qui luttent « contre les ondes », comme Robin des Toits, ont entamé une bataille juridique et médiatique. Elles tentent de faire plier le CHU de Lyon, qui a commencé, dans un but strictement financier qu’il met en avant, à louer les toits de ses immeubles aux opérateurs de téléphonie mobile.

Se rebellant contre une institution de santé publique qui « dédaigne le principe de précaution », les associations, virulentes, prennent régulièrement à témoin les médias locaux. Elles invoquent une recommandation européenne qui invite à proscrire l’installation de toute antenne à moins de 100 mètres d’un lieu de vie abritant des enfants. Or c’est ici le cas : selon leurs calculs, ce sont un millier d’enfants (écoles, maternelles, crèches), qui vivent à proximité des premiers immeubles concernés.

Un patrimoine de 600 millions

La polémique est d’autant plus parabolique que la Ville de Lyon compte parmi ses élus plusieurs membres, influents, du parti des Verts. Ils se refusent, obstinément, à communiquer sur ce sujet.

Figurant parmi les trois premiers propriétaires fonciers de la deuxième ville de France, avec la Ville et l’Archevêché, les Hospices civils de Lyon (HCL), possèdent notamment un patrimoine évalué à environ 600 millions de quelque 180 immeubles, pour partie loués, à des prix défiant toute concurrence, à leurs personnels.

En 2010, dans un sévère rapport qui n’était pas passé inaperçu, les magistrats financiers de la Cour des comptes avaient sévèrement fustigé le CHU pour l’absence de réelle gestion de ses propriétés. Les temps ont, semble-t-il, changé. À raison d’environ 1 000 euros par mois et par antenne, ce sont quelques dizaines de milliers d’euros qui devraient tomber chaque année dans l’escarcelle du CHU.

À mettre en regard, s’insurgent les associations, avec sa dette, qui avoisine les 800 millions, et son déficit de plus de 45 millions.

 GÉRARD CLAVAY
Source : Lequotidiendumedecin.fr

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

A la une

add

Lévothyrox : l'ANSM s'interroge sur l'apport des réseaux sociaux sur la pharmacovigilance

ansm levothyrox

En plus des spécialités de lévothyroxine déjà présentes, une prochaine pourrait arriver début 2018. « Une évaluation de demande d’AMM pour... 8

Nouvelles consultations, nouveaux contrats conventionnels : la CNAM a fait ses comptes

cnam

La Caisse nationale d'assurance-maladie (CNAM) a dressé ce vendredi un bilan chiffré des nouveaux actes, tarifs et contrats mis en place... 1

Un exosquelette permet à un jeune chirurgien italien paraplégique d'opérer ses patients

Marco Dolfin

Chirurgien orthopédiste en milieu hospitalier à Turin, Marco Dolfin est devenu paraplégique à la suite d'un accident de la route. Après un... 3

A découvrir
l'annuaire du-diu
GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter
imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter