Remplacement : l’Ordre veut rassurer les internes

Remplacement : l’Ordre veut rassurer les internes

20.04.2012
Le Conseil national de l’Ordre des médecins tient à tranquilliser les internes. En révisant les critères réglementaires, il n’entend ni leur interdire le remplacement ni même limiter la durée pendant laquelle un médecin est autorisé à remplacer.
  • 1334932642343779_IMG_82568_HR.jpg

    Remplacement : l’Ordre veut rassurer les internes

La publication dans nos colonnes d’un projet de révision des critères de remplacement a amené le CNOM à préciser sa position sur son site internet (Le « Quotidien » du 11 avril). « En aucune manière le Conseil national de l’Ordre des médecins n’entend interdire aux internes de remplacer dès lors que les critères de formation nécessaires sont fixés, précise l’institution. De même, contrairement à d’autres organisations, l’Ordre ne souhaite pas limiter la durée pendant laquelle un médecin peut n’exercer que sous forme de remplacements ».

Les nouveaux critères font l’objet de discussions

La législation en France est la suivante. Un médecin peut se faire remplacer par un praticien de même spécialité inscrit au tableau de l’Ordre ou par un étudiant titulaire d’une licence de remplacement. « La France est l’un des rares pays européens à permettre le remplacement par un étudiant n’ayant pas achevé son cursus de formation et donc non titulaire de son diplôme », poursuit le CNOM.

Pour qu’une licence de remplacement lui soit délivrée, l’étudiant doit avoir validé les deux tiers de sa formation. Ces durées sont fixées par un décret qui date de février 1994. Or les maquettes de formation de plusieurs spécialités ont depuis été allongées d’au moins un an. « À la demande du Ministère de la Santé des discussions ont donc été entreprises pour apprécier les adaptations éventuellement nécessaires des durées de formation validées pour qu’une licence de remplacement puisse être délivrée », indique l’Ordre.

Les nouveaux critères, actuellement en discussion, devront faire l’objet d’un arrêté ministériel.

Cette mise au point ordinale tend à rassurer les internes qui redoutaient de découvrir plus tardivement pendant leur formation l’exercice libéral.

 CH.G.
Source : Lequotidiendumedecin.fr

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

A la une

add

Les gynécologues s'inquiètent de la désaffection « historique » pour le dépistage du cancer du sein

dépistage

Si le dépistage organisé est perfectible, il reste bien sûr indispensable. Face à la désinformation, les gynécologues jouent la carte de la... 4

Hépatite A et B : AIDES lance un appel à la vaccination à l'approche de l'été

hépatite

AIDES, l'association française de lutte contre le VIH et les hépatites virales, a récemment invité les personnes les plus concernées à se... Commenter

Stages en cabinet, exonération de charges, bus médicalisés... : le SML délivre son ordonnance contre les déserts

Après la prise de position d'Agnès Buzyn contre la coercition à l'installation, le SML se réjouit du pragmatisme ministériel. Le syndicat... 5

A découvrir
l'annuaire du-diu
GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter
imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter