L’OMS reconnaît le rôle préventif des ARV dans les couples sérodiscordants

L’OMS reconnaît le rôle préventif des ARV dans les couples sérodiscordants

20.04.2012

L’Organisation mondiale de la santé (OMS) publie de nouvelles recommandations pour la prévention du VIH/sida dans les couples sérodiscordants. Les ARV pourront être proposés à la personne séropositive dans le but de protéger son ou sa partenaire même lorsqu’elle n’est pas encore éligible au traitement pour sa propre santé.

  • 1334936579343899_IMG_82580_HR.jpg

    L’OMS reconnaît le rôle préventif des ARV dans les couples sérodiscordants

De nombreuses données sont aujourd’hui en faveur du rôle préventif des antirétroviraux notamment chez les couples discordants où ils réduisent le risque de transmission du VIH entre partenaires. Les recommandations pour le dépistage, le counselling et le traitement chez les couples sérodiscordants (Guidance on couples HIV testing and counselling, including antiretroviral therapy for treatment and prevention in serodiscordant couples) publiées par l’OMS sont un pas de plus vers la reconnaissance des ARV comme un outil supplémentaire de prévention de l’infection par le VIH. L’OMS incite les couples à effectuer ensemble un dépistage du VIH, à se révéler mutuellement leur statut respectif, ce qui les aidera à prendre les bonnes décisions en termes de prévention et de santé reproductive (contraception ou désir d’enfant). Tous les couples peuvent tirer un bénéfice d’une telle démarche qu’ils soient de même statut (séroconcordants) ou de statut différent (sérodiscordant) pour le VIH. D’après plusieurs études, « les personnes qui connaissent leur statut sont plus susceptibles d’adopter les bons comportements de prévention que ceux qui ignorent leur statut », souligne l’OMS. De même, les personnes qui vont se faire dépister en couple et qui partagent leurs résultats sont plus attentives à la protection de leur partenaire que ceux le font tout seul. Par ailleurs, « les deux partenaires peuvent se conforter mutuellement si un ou les deux se révélaient être séropositifs », souligne l’OMS.

Une nouvelle ère.

« On estime que la moitié des personnes vivant avec le VIH et dans une relation de couple stable, sont avec un partenaire séronégatif », explique l’organisation. Des données récentes suggèrent par ailleurs qu’une bonne part des nouvelles infections survient chez ces couples sérodiscordants dans le contexte d’une épidémie généralisée. Selon la nouvelle stratégie préconisée (CHTC ou Couples HIV testing and counselling), un traitement antirétroviral doit être proposé au partenaire séropositif quel que soit le taux de CD4). Les recommandations actuelles préconisent de commencer le traitement antirétroviral à partir d’un un taux de CD4 350 cellules/mm3. L’OMS insiste sur l’information à donner – notamment sur les autres moyens de prévention comme le préservatif – aux couples dans le cas où le traitement est instauré à des fins préventives chez une personne dont l’état de santé ne le justifie pas encore. À l’inverse quand l’état de santé le justifie (CD4 350 cellules/mm3), les couples doivent être informés du rôle préventif des ARV. L’OMS prend en compte le contexte particulier des pays en développement où l’accès aux ARV est limité. « La priorité doit toujours être donnée au traitement de ceux qui en ont besoin pour leur propre santé plutôt qu’à ceux chez qui un traitement précoce permettrait de réduire le risque de transmettre à d’autres », indique l’organisation. L’ONUSIDA rappelle que 14 millions de personnes sont en attente d’ARV dans le monde et seulement 6,6 millions y avaient accès à la fin de l’année 2011. Néanmoins Michel Sidibé, le directeur de l’agence onusienne se réjouit des nouvelles recommandations qui « ouvrent une nouvelle ère dans la prévention ».

 Dr L. A.
Source : Lequotidiendumedecin.fr

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

A la une

add

Dans la Manche, un maire fait face au désarroi des habitants privés de généralistes

manche

« Nous sommes dans une situation plus que tendue ». Jean-Pierre Lhonneur, maire de Carentan-les-Marais (Manche) depuis 2008, est quelque peu... 6

Poses de prothèses en chirurgie ambulatoire : l'AP-HP marque des points

hanche prothese

L'Assistance publique - Hôpitaux de Paris (AP-HP) annonce la réalisation de deux poses de prothèse (totale de hanche et unicompartimentale... 4

Éléments en faveur d'une maladie de Lyme chronique, d'après des travaux chez le singe

lyme

Alors qu'en France un protocole de diagnostic et de soins est en cours de rédaction à la Haute Autorité de santé (HAS), les controverses... 2

A découvrir
l'annuaire du-diu
GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter
imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter