Hôpital : l’épineux problème des CET reste entier

Hôpital : l’épineux problème des CET reste entier

17.04.2012

Un projet de décret relatif aux comptes épargne temps des praticiens hospitaliers est en cours d'examen. Les syndicats sont divisés sur ce texte qui a peu de chance d'être adopté en Conseil d'État avant l'élection présidentielle.

  • 1334678146342754_IMG_82315_HR.jpg

À trois semaines du second tour de la présidentielle, les intersyndicales (1) de praticiens hospitaliers (PH) ont entre leurs mains un projet de décret relatif aux comptes épargne temps (CET), fruit de plusieurs mois de négociations menées à la suite de la signature d’un accord-cadre sur les conditions d’exercice à l’hôpital, en décembre dernier. En dix ans, l’hôpital a accumulé deux millions de jours de RTT non posés.

Selon ce document, chaque PH ayant ouvert un CET se voit proposer trois possibilités : poser ses jours stockés, se les faire racheter à 300 euros brut la journée ou les transformer en point retraite. Avenir hospitalier, intersyndicale non-signataire et qui n’a pas été associée aux négociations, sa représentativité n’ayant toujours pas été reconnue, s’alarme dans un communiqué des propositions « ridicules » du ministère et dénonce « une arnaque totale ». « Cette somme de 300 euros est moitié moins importante que ce que gagne un PH en fin de carrière, celui donc, qui a accumulé le plus de RTT », explique le Dr Nicole Smolski, présidente de l’intersyndicale.

Sur la possibilité de transformer ces jours de CET en point retraite, Le Dr Jean-Claude Penochet, nouveau président de la Confédération des praticiens des hôpitaux (CPH) et successeur du Dr Pierre Faraggi, dénonce l’obligation faite aux PH d’« épargner uniquement auprès de deux organismes, le Prefon et le Corem. Les avantages sont maigres ».

Plus réservé, le Dr Norbert Skurnik, président de la CMH, rappelle de son côté qu’« ayant signé l’accord-cadre, il est difficile pour la CMH de pratiquer le double langage ». Tout comme les autres syndicats, il estime que la possibilité de voir le texte adopté en Conseil d’État avant le second tour de la présidentielle est réduite.

(1) Coordination médicale hospitalière (CMH), Syndicat national des médecins, chirurgiens, spécialistes et biologistes des hôpitaux publics (SNAM-HP), Confédération des praticiens des hôpitaux (CPH), Intersyndicat national des praticiens hospitaliers (INPH).

ANNE BAYLE-INIGUEZ
Source : Lequotidiendumedecin.fr
Commenter 2 Commentaires
 
19.04.2012 à 10h40

« On n'est pas en régime socialiste que je sache. »

Répondre
 
17.04.2012 à 20h35

« Merci le socialisme : la négation du travail.
Signé : un PU-PH »

Répondre

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

A la une

add

Malgré son potentiel, la télémédecine reste « embryonnaire »

cour comptes 2

Dans son rapport annuel sur la Sécurité sociale, la Cour des comptes formule plusieurs recommandations au sujet de la télémédecine*,... Commenter

Lévothyrox : des avocats toulousains lancent une action collective contre Merck

levothyrox

Défaut d’information et préjudice d’angoisse. Voilà les deux chefs d’accusation que trois avocats toulousains comptent plaider devant le... 2

Internat : l’ophtalmologie très prisée, la médecine générale et la gériatrie à la peine

choix de postes

7 977 étudiants en médecine (CESP inclus) en ont fini avec leur choix de spécialité d’internat et de CHU d’affectation. La procédure a pris... Commenter

A découvrir
l'annuaire du-diu
GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter
imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter