Les Français très critiques à l’égard des franchises médicales

Les Français très critiques à l’égard des franchises médicales

10.04.2012
Selon un sondage CSA pour l’association de lutte contre le sida*, AIDES, 65 % des Français estiment que les franchises médicales vont « plutôt dans le mauvais sens ».
  • 1334074562340815_IMG_81897_HR.jpg

    Les Français très critiques à l’égard des franchises médicales

Le sondage réalisé par téléphone les 2 et 3 avril 2012 auprès d’un échantillon représentatif de 1 004 personnes, est explicite : une grande majorité des Français est hostile au dispositif des franchises médicales instauré depuis 2005. La raison ? Cette participation de 1 euro par consultation et de 0,50 centime par boîte de médicament pénalise les plus modestes et les plus malades, et peut provoquer un retard dans l’accès aux soins. La responsabilisation des usagers du système de santé, motif allégué pour instaurer cette participation forfaitaire, ne convainc qu’un tiers des Français.

Ouvriers sévères.

Deux marqueurs influencent l’opinion des sondés : la classe sociale et la famille politique. Plus l’on descend dans la hiérarchie sociale, plus les franchises déplaisent. 71 % des ouvriers les rejettent, contre 61 % des cadres. En outre, 81 % des sympathisants de gauche jugent le dispositif injuste : deux fois plus que les sympathisants de droite (41 %).

Malgré ces divergences, les Français restent solidaires. Près de 9 citoyens sur 10 (87 %) sont favorables à une dispense de paiement des franchises pour les personnes souffrant d’une maladie chronique ou en affection longue durée, et 8 sur 10 estiment que ceux qui vivent sous le seuil de pauvreté devraient également être dispensés de cette contribution.

Christian Andreo, directeur des actions nationales de AIDES, se félicite que « les Français aient bien compris » ce qu’il appelle l’injustice sociale et le non-sens économique des franchises. « Cela ne génère que renoncement et retard dans l’accès aux soins, donc complications médicales et à terme, surcoût pour la collectivité ». Le montant des franchises peut s’élever jusqu’à 500 euros par an en moyenne pour une personne séropositive sous traitement, rappelle AIDES.

Qu’en est-il des présidentiables ? Éva Joly, Jean-Luc Mélenchon et Philippe Poutou demandent l’abolition des franchises. Mais François Hollande, bien qu’interrogé sur l’abolition des franchises médicales par la plate-forme seronet.info animée par AIDES, botte en touche et n’affiche pas clairement sa position. Quant au président sortant, « il serait étonnant que Nicolas Sarkozy, qui a inventé l’impôt sur la maladie, revienne sur sa création », estime AIDES.

 COLINE GARRÉ
Source : Lequotidiendumedecin.fr

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

A la une

add

Y compris dans les formes progressives de la maladieLa SEP, des avancées tous azimuts

Abonné
sep IRM

L'offre thérapeutique s'est largement étoffée dans les formes rémittentes de la sclérose en plaques (SEP). Aujourd'hui, des pistes, autres... Commenter

Cannabis : le gouvernement veut mettre en place une contravention pour sanctionner l'usage et la détention

cannabis

Interrogé mercredi sur BFMTV, le ministre de l'Intérieur a annoncé qu'une simple contravention pourrait, dans les prochains mois,... 4

Retour d'expérienceÀ Rouen, pari réussi pour la télédermatologie

Abonné

Le CHU a développé avec succès la téléconsultation en gérontologie depuis quatre ans. Commenter

A découvrir
l'annuaire du-diu
GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter
imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter