Convention des pharmaciens : les 40 euros qui fâchent les médecins [MAJ]

Convention des pharmaciens : les 40 euros qui fâchent les médecins [MAJ]

06.04.2012

L’assurance-maladie accorde aux officines un forfait de 40 euros pour la surveillance d’un traitement anticoagulant. Plusieurs syndicats de médecins dénoncent une décision qu’ils jugent dangereuse.

  • 1333733936340398_IMG_81758_HR.jpg

 

 

Mise à jour (10 avril 2012) :
La FMF (Fédération des médecins de France) s'est jointe à MG France et au SNSMCV pour remettre en cause la disposition de la convention entre l'assurance-maladie et les pharmaciens accordant à ces derniers un forfait de 40 euros pour assurer le suivi d'un traitement anticoagulant. Dans un communiqué publié le 9 avril 2012, elle estime que ce «  dispositif est non seulement dangereux, mais inducteur de retards et confusions et perturbateur des bonnes relations entre professionnels de santé et avec les patients. »
La FMF invite les médecins à faire figurer sur leurs ordonnances une mention les dégageant de toute responsabilité en cas de modification de principe actif ou de sa posologie, réalisée sans leur accord préalable.

Première publication le 6 avril 2012.
La nouvelle convention signée mercredi entre les syndicats de pharmaciens et l’assurance-maladie fait grincer les dents. Deux syndicats de médecins, MG France et le SNSMCV (Syndicat national des spécialistes des maladies du coeur et des vaisseaux), s’insurgent aujourd’hui contre l’une des dispositions de ce texte prévoyant de rémunérer 40 euros par an et par patient les officines pour la surveillance d’un traitement anticoagulant.

Dans un communiqué, MG France « tient à marquer sa stupéfaction » devant cette décision de l’assurance-maladie. « Après avoir affirmé qu’elle ne disposait pas des marges financières pour revaloriser la médecine générale, l’assurance-maladie estime que la surveillance d’une seule ligne de prescription vaut autant que la prise en charge globale d’un patient atteint d’une affection de longue durée (ALD) par le médecin généraliste traitant », s’agace le syndicat. MG France suggère que ce forfait soit « également accessible au médecin traitant chaque fois qu’il estime nécessaire d’assurer lui-même ce suivi ».

Chacun son rôle

Le SNSMCV est lui aussi monté au créneau pour dénoncer cet accord. Il rappelle que la surveillance de ce traitement anticoagulant est déjà assuré « gracieusement » par les spécialistes en médecine générale et en cardiologie. Le syndicat se montre aussi plus alarmiste en soulignant qu’une telle surveillance ne peut être envisagée « sans la connaissance précise de l’indication, des pathologies associées et de la cible thérapeutique. »

Autrement dit, les pharmaciens ne seraient pas les mieux placés pour assurer ce rôle. Les cardiologues suggèrent même que cela pourrait être dangereux. Ils tiennent ainsi à préciser qu’ils ne « pourront être tenus pour responsables des éventuels accidents iatrogènes » si la surveillance de ce traitement anticoagulant était finalement assumé par les pharmaciens. Ces derniers apprécieront.

A.B.-I. et S.L.
Source : Lequotidiendumedecin.fr
Commenter 7 Commentaires
 
11.04.2012 à 11h48

« Connaissez-vous la Pharmacie Clinique ? L'expérience canadienne nous démontre tout l'intérêt de cette démarche dans une meilleure prise en charge du risque iatrogène... Il ne faut pas se mettre des Lire la suite

Répondre
 
11.04.2012 à 08h57

« 1re hypothèse : les décideurs ne connaissent rien au problème des AVK. Possible, l'incompétence à souvent eu la vedette ces derniers temps (vaccin Bachelot, automédication catastrophique...). 2e hyp Lire la suite

Répondre
 
11.04.2012 à 08h30

« Et si on faisait de la parapharmacie ? »

Répondre
 
11.04.2012 à 08h21

« J'ai compris maintenant, je vais faire venir les patients au cabinet pour contrôler leur INR : coût 23€ (avant c'était gratuit par tél ou entre 2 au cabinet). »

Répondre
 
Jean-Philippe D Pharmacien 10.04.2012 à 22h35

« Pharmacien de profession, je ne suis pas favorable à ce forfait, et respecte la très grande majorité des médecins. Néanmoins, deux remarques : Premièrement, il ne s’agit pas d’un « plus » pour notre Lire la suite

Répondre
Voir tous les commentaires

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

A la une

add

Agnès Buzyn écarte à nouveau la coercition à l'installation

Buzyn

Agnès Buzyn a écarté ce mercredi la proposition d'un conventionnement sélectif des médecins de secteur II dans les zones surdotées, piste... 1

Une étudiante en PACES de Marseille se suicide, la communauté médicale en émoi

suicide Fac marseille

Une étudiante inscrite en première année commune aux études de santé (PACES) à la faculté de médecine d'Aix-Marseille vient de se donner la... 6

Lévothyrox: le Conseil d'État donne raison au gouvernement dans sa gestion des effets indésirables

Levothyrox

Le Conseil d'État a donné raison ce 13 décembre au gouvernement, face à un patient traité avec le médicament Levothyrox, qui avait saisi en... 3

A découvrir
l'annuaire du-diu
GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter
imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter