Leucémie aiguë myéloïde : bientôt un nouveau traitement de référence

Leucémie aiguë myéloïde : bientôt un nouveau traitement de référence

05.04.2012
Une étude multicentrique française pourrait révolutionner le traitement de première ligne de la leucémie aiguë myéloïde (LAM). Administré de façon fractionnée, le gemtuzumab ozogamicine (Mylotarg) s’est révélé bénéfique en association à la chimiothérapie classique.
  • 1333640846339830_IMG_81625_HR.jpg

    Leucémie aiguë myéloïde : bientôt un nouveau traitement de référence

REVISITER UN CLASSIQUE peut se révéler meilleur que l’original. Un travail multicentrique français montre qu’associé au protocole standard, un médicament récent, jusque-là utilisé seul dans la leucémie à promyélocytes, permet d’améliorer le pronostic de la leucémie aiguë myéloïde (LAM) sans grever la tolérance. Il s’agit du gemtuzumab ozogamicine (Mylotarg), un anticorps monoclonal anti CD33 conjugué à une molécule cytotoxique, l’ozogamicine (ou caléchéamycine). Ce protocole modifié a permis d’augmenter la survie sans événement et diminuer les rechutes, tout en limitant la toxicité hématologique grâce à un mode d’administration fractionnée.

Vingt-trois services d’hématologie répartis sur l’ensemble du territoire français ont participé à cet essai de phase III. Sur les 280 patients inclus, 140 ont été randomisés dans le groupe gemtuzumab ozogamicine et 140 dans le groupe contrôle. Le protocole classique de chimiothérapie comporte de la daunorubicine (50-60 mg/m2 par jour) pendant 3 jours et de la cytarabine en continu (100-200 mg/m2 par jour) sur 7 jours, désigné sous l’appellation « protocole 3+7 ». Dans cette étude, les médecins français ont rajouté du gemtuzumab ozogamicine à une dose plus faible que celle utilisée habituellement (3 au lieu de 5 mg/m2), de façon répétée tous les trois jours, à J1, 4 et 7 (« protocole 3-3-3 »).

Cytogénétique

Si la réponse complète avec ou sans remontée des plaquettes était superposable dans les deux groupes, la survie sans événement à deux ans était significativement meilleure dans le groupe gemtuzumab ozogamicine par rapport au contrôle, respectivement de 40,8 % et 17,1 %. De la même façon, la survie sans rechutes était de 50,3 % et 22,7 %. « Les résultats de cette étude montrent que l’ajout de doses fractionnées de gemtuzumab ozogamicine à la chimiothérapie standard améliore la survie des patients âgés de 50-70 ans ayant une leucémie aiguë myéloïde de novo », commente l’équipe sous la direction du Dr Sylvie Castaigne, du centre hospitalier de Versailles. La cytogénétique semble jouer important et pourrait permettre de mieux cibler les patients répondeurs.

The Lancet, publié en ligne le 5 avril 2012. doi:10.1016/S0140-673(12)60485-1.

 Dr IRÈNE DROGOU
Source : Lequotidiendumedecin.fr

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

A la une

add

Le vin, un alcool comme les autres ? L'Élysée désavoue Buzyn, les acteurs de la santé publique s'indignent

Vin

Le vin est-il un alcool comme un autre ? La polémique ne cesse d'enfler entre défenseurs de la santé publique et partisans du monde... 28

Recertification : rapport en septembre, les médecins libéraux furieux d'avoir été exclus du comité de pilotage

Un rapport sur la recertification des compétences des médecins sera rendu en septembre 2018 par une mission installée jeudi, annoncent les... 25

Plan de prévention de la radicalisation : les professionnels de la santé concernés

radicalisation

Le Premier ministre Édouard Philippe, accompagné notamment de la ministre de la Santé Agnès Buzyn, a dévoilé un plan national de prévention... 3

A découvrir
l'annuaire du-diu
GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter
imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter