Un candidat vaccin contre l’asthme

Un candidat vaccin contre l’asthme

02.04.2012

Des Nantais ont développé un vaccin dirigé contre un des allergènes les plus rencontrés chez les patients allergiques, Derf1. Les essais chez la souris sont encourageants.

  • 1333378566338547_IMG_81296_HR.jpg

    Un candidat vaccin contre l’asthme

Une équipe de l’Institut du Thorax (CNRS/INSERM/Université de Nantes) a imaginé une technique de vaccination basée sur l’ADN de la substance allergisante. « Plutôt que d’administrer des extraits d’allergènes de manière répétée afin de diminuer la sensibilité, nous avons travaillé à partir de séquences d’ADN spécifiques (de l’allergène) responsables de l’allergie, explique Bruno Pitard, directeur de l’équipe Innovations en biothérapie de l’Institut du Thorax. Quelques études ont montré le potentiel thérapeutique de cette stratégie mais il fallait trouver des techniques s’assurant de la faisabilité chez l’homme. »

Les chercheurs ont tenté de prouver l’efficacité de cette vaccination à base d’ADN contre l’allergène spécifique Derf1 ; en Europe, Derf1 est en effet un allergène très commun, véhiculé par l’acarien Dermatophagoides farinae. Plus de la moitié des patients allergiques aux acariens produisent des anticorps de type IgE spécifiques contre cette substance.

Ils ont associé, d’une part, des séquences génétiques « d’intérêt » de l’allergène Derf1 et, d’autre part, un nanovecteur constitué d’un polymère synthétique. Transportée dans les cellules musculaires par ce « taxi moléculaire », la séquence d’ADN a entraîné la synthèse protéique de l’allergène, ce qui a permis de moduler la réponse allergique aux acariens chez des animaux asthmatiques.

Ce vaccin, qui avait été mis au point dans un modèle de souris saines, a été optimisé dans un modèle de souris asthmatiques. Chez ces dernières, il déclenche la fabrication d’anticorps spécifiques anti-Derf1 ainsi qu’une réponse cellulaire spécifique de Derf1. Le système immunitaire est orienté vers une réponse non allergisante et protectrice quand l’allergène est rencontré. Après deux injections intramusculaires à trois semaines d’intervalle, on a observé une réduction significative de l’hypersensibilité des voies aériennes et des niveaux de cytokines inflammatoires.

Fanny Beilvert et coll. Human Gene Therapy, mars 2012.doi.org/10.1089/hum.2012.024.

 Dr EMMANUEL DE VIEL
Source : Lequotidiendumedecin.fr

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

A la une

add

Activité libérale à l'AP-HP : 350 praticiens hospitaliers ont perçu 38,6 millions d'euros en 2016

aphp activite

Les praticiens hospitaliers qui ont exercé une activité libérale à l'Assistance publique – Hôpitaux de Paris (AP-HP) en 2016 se sont... Commenter

Rénovation du dépistage néonatal : vers la création d'un centre national de coordination

dépistage néonatal

Le ministère de la Santé lance un appel à candidatures national pour désigner le centre hospitalier universitaire qui accueillera le futur... 1

59 753 étudiants inscrits en PACES, nouveau record !

paces

Les études de santé restent plus que jamais plébiscitées par les jeunes. Selon les statistiques de l'administration universitaire... 16

A découvrir
l'annuaire du-diu
GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter
imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter