Les opiacés pourraient favoriser la croissance des cancers

Les opiacés pourraient favoriser la croissance des cancers

21.03.2012
Les opiacés utilisés en cancérologie, pour traiter les douleurs chroniques ou aiguës en postopératoire, pourraient stimuler la croissance et l’essaimage tumoraux, si l’on en croit deux études et un commentaire publiés dans le journal « Anesthesiology ».
  • 1332346434334959_IMG_80328_HR.jpg

    Les opiacés pourraient favoriser la croissance des cancers

« Les observations épidémiologiques suggèrent que le type d’anesthésie que l’on pratique dans la chirurgie du cancer influe sur le taux de récidive, et les études de laboratoire démontrent que les opioïdes influent sur la progression tumorale et les métastases », résume un commentateur. « Ces études ont incité les anesthésistes à réévaluer les pratiques en ce qui concerne l’anesthésie et le traitement de la douleur en cancérologie. »

Ainsi, la notion n’est pas nouvelle. Depuis 2002, des études suggèrent que les opiacés tels que la morphine, peuvent stimuler la croissance des cancers et la survenue des métastases. Mais les dernières études publiées après le symposium annuel de la Société américaine des anesthésistes ajoutent de nouveaux arguments.

Une des deux études, celle de Patrick Singleton (Université de Chicago), montre que des opioïdes endogènes peuvent accroître la malignité de cellules cancéreuses humaines transplantées chez des souris. Les chercheurs trouvent que des cellules de cancer pulmonaire portent de 5 à 10 fois plus de récepteurs opioïdes que les cellules pulmonaires non cancéreuses. Ils ont cartographié deux voies biochimiques (Akt et mTOR), ciblées par les chimiothérapies, et dont l’interaction avec les opioïdes produit une augmentation de la prolifération et de la migration des cellules tumorales.

Ils observent que des cellules cancéreuses humaines porteuses de copies supplémentaires de récepteur opioïde, transplantées à des souris, se multiplient deux fois plus vite et métastasent 20 fois plus souvent. Les médicaments qui bloquent les récepteurs opioïdes (naloxone) réduisent la croissance tumorale.

L’autre étude (Andrey Borstov) est une analyse rétrospective des taux de survie dans une cohorte de 2 000 femmes ayant eu un cancer du sein. Les femmes traitées pour un cancer invasif et qui avaient une mutation génétique rendant les tumeurs moins sensibles aux opioïdes avaient une probabilité de survie 2 fois plus élevée à dix ans pour les porteuses d’une copie du gène et 4 fois plus élevée pour deux copies.

Les morphiniques donnés comme médicaments ou les opioïdes endogènes semblent donc avoir un effet direct. À l’inverse, on peut se poser la question d’un rôle thérapeutique potentiel d’antagonistes des récepteurs mu opioïdes.

« Anesthesiology », 20 mars 2012.

Dr BÉATRICE VUAILLE
Source : Lequotidiendumedecin.fr

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

A la une

add

Dans la Manche, un maire fait face au désarroi des habitants privés de généralistes

manche

« Nous sommes dans une situation plus que tendue ». Jean-Pierre Lhonneur, maire de Carentan-les-Marais (Manche) depuis 2008, est quelque peu... 1

Poses de prothèses en chirurgie ambulatoire : l'AP-HP marque des points

hanche prothese

L'Assistance publique - Hôpitaux de Paris (AP-HP) annonce la réalisation de deux poses de prothèse (totale de hanche et unicompartimentale... Commenter

Éléments en faveur d'une maladie de Lyme chronique, d'après des travaux chez le singe

lyme

Alors qu'en France un protocole de diagnostic et de soins est en cours de rédaction à la Haute Autorité de santé (HAS), les controverses... Commenter

A découvrir
l'annuaire du-diu
GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter
imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter