La stratégie vaccinale contre les infections à pneumocoques de l’enfant est inchangée

La stratégie vaccinale contre les infections à pneumocoques de l’enfant est inchangée

06.03.2012
Un avis du Haut Conseil de la santé publique (HCSP) recommande que la stratégie vaccinale par le vaccin pneumococcique conjugué 13-valent tel que le prévoit son précédent avis de décembre 2011 soit maintenue.
  • 1331054820330242_IMG_79073_HR.jpg

    La stratégie vaccinale contre les infections à pneumocoques de l’enfant est inchangée

L’avis du HCSP fait suite à une demande du directeur général de la santé qui souhaitait examiner une éventuelle d’une évolution des recommandations vaccinales du fait de l’évolution de l’épidémiologie des infections invasives à pneumocoque (IIP) en France. Dans son avis du 11 décembre 2009, le HCSP avait recommandé d’utiliser le vaccin pneumococcique conjugué 13-valent qui couvre 73 % des sérotypes des souches de pneumocoques isolées de méningites et de bactériémie chez l’enfant à la place du vaccin pneumococcique 7-valent (couvrant 7 sérotypes : 4, 6B, 9V, 14, 18C, 19F, 23F, soit 16 % des souches isolées chez l’enfant de moins de 2 ans). La comparaison des incidences des IIP entre les périodes prévaccinales (2001-2002) et 2007 montrait un fort impact du vaccin heptavalent sur les sérotypes vaccinaux « mais cet effet bénéfique était partiellement neutralisé par un remplacement sérotypique et l’émergence de sérotypes non vaccinaux », explique le HCSP.

Diminution du portage.

L’analyse des données après introduction du vaccin conjugué 13-valent dans le courant du mois de juin 2010 montre une tendance à la diminution des IIP tous âges confondus de 4 % en 2010 par rapport à la période 2008-2009. L’évolution est différente selon les sérotypes : la baisse observée entre 2008-2009 et 2010 est associée à une baisse des IIP dues aux 6 sérotypes additionnels couverts par le PCV-13 ainsi qu’à la poursuite de la baisse des IIP dues aux sérotypes vaccinaux du PCV-7.

Le nouvel avis du Haut Conseil de la santé publique repose également sur les résultats d’une étude de portage nasopharyngé à pneumocoque comparant 285 enfants vaccinés par le vaccin PCV-7 et 651 enfants ayant reçu au moins une dose de vaccin PCV-13. Cette dernière révèle chez les enfants ayant reçu au moins une dose de vaccin PCV-13, une réduction significative du portage de pneumocoque (prélèvement naso-pharyngé chez des enfants présentant une otite moyenne aiguë). Cette réduction significative du portage de pneumocoques est liée aux 6 sérotypes additionnels contenus dans PCV-13, sans augmentation du portage lié aux autres STNV. La réduction du taux de portage concerne essentiellement les sérotypes 19A et 7F mais aussi les sérotypes 3, 6A et 6C (non contenus dans le vaccin). « Cet impact très fort du vaccin sur le portage des sérotypes émergents laisse espérer une bonne efficacité du vaccin sur la réduction de l’incidence des IIP liées à ces sérotypes et l’installation d’une immunité de groupe », note le HCSP.

En conséquence, le Haut Conseil recommande que la stratégie vaccinale pour la prévention des infections invasives à pneumocoque chez le nourrisson soit maintenue. Le HCSP insiste « sur la nécessité de maintenir une couverture vaccinale élevée permettant la mise en place d’une immunité de groupe ».

 Dr LYDIA ARCHIMÈDE
Source : Lequotidiendumedecin.fr

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

A la une

add

« L'humanité ne peut s'arrêter aux frontières de la France ! » : le Pr Pitti explique pourquoi il renonce à ses insignes d'officier de la légion d'honneur

Pr Raphaël Pitti

Le Pr Raphaël Pitti, chef du service de réanimation à la polyclinique de Gentilly (Nancy) et médecin humanitaire, a été promu au rang... 6

L'athérosclérose présente chez la moitié des 40-54 ans sans facteur de risque cardiovasculaire… Faut-il s'en soucier ?

athérosclérose

Une tension basse, une glycémie faible et un taux de cholestérol dans la norme suffisent-ils à garantir des artères saines ? Une étude... Commenter

La consommation d’antibiotiques en France reste à la hausse en ville

ANTIBIOTIQUES

La tendance à la hausse de la consommation d’antibiotiques en ville se poursuit depuis 2010, après une période de baisse (2000-2005) puis... 1

A découvrir
l'annuaire du-diu
GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter
imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter