Dépistage du cancer colorectal : le test immunologique prévu en 2013

Dépistage du cancer colorectal : le test immunologique prévu en 2013

01.03.2012
Mars bleu, le mois national de mobilisation contre le cancer colorectal a été lancé aujourd’hui. L’occasion de revenir sur la campagne 2011 et de présenter le nouveau test qui sera disponible l’année prochaine.
  • 1330619778328693_IMG_78650_HR.jpg

Pour la cinquième année consécutive, le mois de mars est l’occasion de sensibiliser la population au dépistage du cancer colorectal, le plus meurtrier après le cancer du poumon. Chaque année, le cancer colorectal cause plus de 17 000 décès et en 2011, le nombre de nouveaux cas a été estimé à 40 500. Nora Berra, ainsi que le directeur général de la Santé, Jean-Yves Grall, la présidente de l’Institut national du cancer (INCa), Agnès Buzyn, et la directrice de l’Institut de veille sanitaire (InVS), Françoise Weber, ont lancé aujourd’hui la campagne 2012.

Le dépistage organisé qui, depuis 2009, couvre l’ensemble des départements cible les 50/74 ans, dits à risque moyen, c’est-à-dire sans symptôme apparent ni histoire familiale ou personnelle d’adénome ou de cancer colo-rectal. Environ 17 millions de personnes sont concernées.

Participation insuffisante.

Selon les résultats de l’InVS pour la période 2010-2011, 5 millions de Français ont participé au programme, soit 32 % de la population cible. « Les résultats sont stables, c’est-à-dire insuffisants », a souligné la secrétaire d’État à la Santé. Elle a profité du lancement de la campagne pour annoncer le passage en 2013 à un nouveau test de dépistage en remplacement du test au gaïac de recherche de sang dans les selles, le test immunologique. Ce test permet de détecter de 2 à 2,5 fois plus de cancers et de 3 à 4 fois plus d’adénomes avancés. Des expérimentations de cette nouvelle méthode de dépistage ont été menées dans 7 départements. « L’impact de ce nouveau test sera réellement connu dans une dizaine d’années », a expliqué Agnès Buzyn. « Cela devrait donner un nouvel élan au dépistage national. Le test devrait être mieux accepté car il ne demande qu’un prélèvement au lieu de trois », a estimé Nora Berra. « Sa réalisation plus simple devrait permettre aux médecins généralistes de convaincre plus facilement. » L’importance du rôle du médecin traitant a d’ailleurs été rappelée par les autorités sanitaires. « Le médecin généraliste est au cœur du programme, c’est lui qui doit emporter l’adhésion et faire preuve de conviction », a affirmé Jean-Yves Grall. Il reste encore de nombreux freins à la participation. La population visée ne se sent pas concernée, elle ne perçoit pas de symptômes. Il existe également une peur liée aux résultats du dépistage et au cancer lui-même.

CÉCILE RABEUX
Source : Lequotidiendumedecin.fr
Commenter 1 Commentaire
 
02.03.2012 à 08h55

« Que de retard accumulé ! »

Répondre

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

A la une

add

À 89 775 euros, hausse timide du revenu moyen des médecins libéraux en 2016

revenus impots

Le cru 2016 des revenus nets des médecins libéraux (BNC, après charges et avant impôt) s'est révélé très moyen, détaille la Caisse autonome... 2

Interdiction de la cigarette au cinéma : Agnès Buzyn ne l’a « jamais envisagée »

tabac

Un début de polémique a eu lieu entre le cinéma français et Agnès Buzyn, vite déminée par cette dernière. Le mercredi 15 novembre, à... 2

Bientôt un numéro d'appel unique pour aider les médecins qui souffrent

ENTRAIDE

Repérer les médecins en souffrance, prévenir les suicides, les aider à se soigner voire à se reconvertir : tel est l'esprit de la... 2

A découvrir
l'annuaire du-diu
GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter
imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter