Identification d’un gène impliqué dans la cécité nocturne stationnaire

Identification d’un gène impliqué dans la cécité nocturne stationnaire

13.02.2012
Une équipe française de l’Institut de la vision (hôpital des Quinze-Vingts) a identifié un nouveau gène, nommé GPR179, associé à une forme génétique de cécité nocturne. Les mutations du gène GPR179 sont très spécifiques de cette pathologie et peuvent constituer un marqueur de diagnostic performant, annoncent les chercheurs.
  • 1329152176323791_IMG_77435_HR.jpg

    Identification d’un gène impliqué dans la cécité nocturne stationnaire

La cécité nocturne stationnaire congénitale est une maladie rare, d’origine génétique, qui se déclare dès la naissance. Elle est due à une transmission défectueuse du signal lumineux dans la rétine, touchant particulièrement les bâtonnets, avec baisse importante de l’acuité visuelle en faible lumière. L’acuité visuelle est modérément abaissée en lumière du jour ou éclairage normal. Il n’existe pas de traitement à l’heure actuelle.

On sait qu’il existe trois modes d’hérédité : autosomique dominante, récessive et récessive liée à l’X. Le travail a été mené pour mieux comprendre l’origine génétique de la maladie, par l’équipe d’Isabella Audo et Christina Zeitz (Institut de la vision, Centre d’investigation clinique des Quinze-Vingts, UPMC CNRS-INSERM). Dans un premier temps, ces chercheurs ont étudié des familles atteintes de la forme de la maladie qui entraîne la cécité nocturne la plus sévère. Ils ont utilisé une technique de séquençage de nouvelle génération, dit séquençage exomique, qui permet de décoder l’ensemble des gènes d’un individu. L’analyse a révélé la présence de mutations du gène GPR179 qui n’avaient encore jamais été observées.

Dans un deuxième temps, des mutations de GPR179 ont été recherchées dans une autre cohorte composée des malades suivis dans des centres cliniques de la vision à l’échelle internationale.

Ce qui a confirmé la présence de mutations du gène GPR179 dans 3 familles supplémentaires.

La fonction du gène est pour l’instant inconnue. Mais les résultats préliminaires suggèrent un rôle distinct des autres gènes trouvés impliqués jusqu’à présent dans la cécité nocturne stationnaire congénitale. Il va permettre de faire un diagnostic plus précis, notamment en permettant d’écarter d’autres pathologies comportant une cécité nocturne, comme la rétinopathie pigmentaire, plus fréquente et plus sévère.

« American Journal of Human Genetics », 10 février 2012.

 Dr BÉATRICE VUAILLE
Source : Lequotidiendumedecin.fr

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

A la une

add

Agnès Buzyn écarte à nouveau la coercition à l'installation

Buzyn

Agnès Buzyn a écarté ce mercredi la proposition d'un conventionnement sélectif des médecins de secteur II dans les zones surdotées, piste... 1

Une étudiante en PACES de Marseille se suicide, la communauté médicale en émoi

suicide Fac marseille

Une étudiante inscrite en première année commune aux études de santé (PACES) à la faculté de médecine d'Aix-Marseille vient de se donner la... 6

Lévothyrox: le Conseil d'État donne raison au gouvernement dans sa gestion des effets indésirables

Levothyrox

Le Conseil d'État a donné raison ce 13 décembre au gouvernement, face à un patient traité avec le médicament Levothyrox, qui avait saisi en... 3

A découvrir
l'annuaire du-diu
GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter
imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter