Manque de vitamine D : faiblesse musculaire, chutes et fractures

Manque de vitamine D : faiblesse musculaire, chutes et fractures

08.02.2012
Deux présentations au congrès de l’Académie des chirurgiens orthopédiques américains font souligner une fois de plus l’importance d’un taux normal de vitamine D, notamment pour le maintien de la force musculaire.
  • 1328716422322437_IMG_77111_HR.jpg

Des chercheurs ont lié un manque de vitamine D à une faiblesse musculaire, des fractures osseuses et un retard à la consolidation osseuse. Brett Crist et coll. (Université du Missouri) ont mené une étude chez des traumatisés en orthopédie. Chez 1 830 adultes, ils décèlent une carence en vitamine D chez 39 % de ces patients et une insuffisance chez 38,4 % autres. Les taux les plus bas sont trouvés chez les traumatisés du groupe qui ont entre 18 et 25 ans (54,7 % d’insuffisance). Un taux de vitamine D inférieur à 20 ng/ml est qualifié de carentiel ; il est dit insuffisant entre 20 et 32 ng/ml. La fréquence des déficits en vitamine D chez les traumatisés est à mettre en relation avec une faiblesse musculaire, en plus de la fragilité osseuse.

« Les praticiens devraient vérifier le statut en vitamine D chez les patients ayant subi un traumatisme, afin d’optimiser leurs chances de récupération osseuse », conseillent les auteurs. Des taux compris entre 40 et 70 ng/ml sont dans les limites de la normalité.

Les fractures distales du radius sont fréquentes chez les femmes ménopausées, elles surviennent en moyenne quinze ans avant les fractures de la hanche. Le déficit en vitamine D, qui a été lié à une faiblesse musculaire, accroît le risque de fractures par chutes.

Dans l’étude « Hypovitaminosis D in Postmenopausal Women with a distal radius fracture », chez 104 femmes ménopausées traitées pour cette fracture et chez 107 témoins, un dosage de la vitamine D a été réalisé. Les taux moyens sont significativement plus bas dans le groupe des fracturées. Ainsi, 26 % de ces patientes présentent une insuffisance et 18 % une carence, alors que leurs homologues dans le groupe témoins sont respectivement 11 % et 2 %.

On va chercher à déterminer si une supplémentation en vitamine D ou le maintien de taux adéquats peut aider à prévenir ces fractures distales du radius.

Congrès Annuel de l’American Academy of Orthopaedic Surgeons (AAOS), San Francisco.

 Dr BÉATRICE VUAILLE
Source : Lequotidiendumedecin.fr
Commenter 1 Commentaire
 
09.02.2012 à 10h37

« 1) Le dosage de la 25 OH D3 est très souvent nettement inférieur aux normes (Technique ABBOTT) alors que les autres constantes du métabolisme calcique sont nouvelles ; 2) quelle serait alors la rais Lire la suite

Répondre

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

A la une

add

Lévothyrox : l'ANSM s'interroge sur l'apport des réseaux sociaux sur la pharmacovigilance

ansm levothyrox

En plus des spécialités de lévothyroxine déjà présentes, une prochaine pourrait arriver début 2018. « Une évaluation de demande d’AMM pour... 9

Un exosquelette permet à un jeune chirurgien italien paraplégique d'opérer ses patients

Marco Dolfin

Chirurgien orthopédiste en milieu hospitalier à Turin, Marco Dolfin est devenu paraplégique à la suite d'un accident de la route. Après un... 4

Au carrefour de l'hôpital et des soins de villeSous-utilisée mais prometteuse, l'HAD trace sa route

Abonné
had

Lors des universités d'hiver de l'hospitalisation à domicile, organisées par la FNEHAD, la ministre de la Santé a insisté sur la nécessité... Commenter

A découvrir
l'annuaire du-diu
GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter
imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter