Le marché du générique en baisse de 3 % en 2011

Le marché du générique en baisse de 3 % en 2011

07.02.2012
  • 1328632445322145_IMG_77065_HR.jpg

C’est une première. En 2011, après des années de croissance, le marché du médicament générique a reculé de 3 % en volume (614 millions de boîtes et 23,85 % du marché remboursable), même si le marché continue de progresser en valeur de 3 % (13,56 % du marché remboursable). Le générique aura malgré tout permis une économie de 2 milliards d’euros en 2011 pour les comptes de l’Assurance-maladie.

Selon le GEMME (générique même médicament, une association réunissant 10 industriels du médicament générique) qui a réalisé cette étude, les raisons de cette baisse, après une hausse de 6 % du nombre de boîtes vendues en 2010, tiennent à « l’environnement de défiance par rapport au médicament en général » et au développement de l’usage de la mention « non substituable » sur les ordonnances.

Le GEMME propose un certain nombre de mesures pour enrayer le phénomène. L’association propose notamment d’augmenter la prescription au sein du répertoire générique en développant le paiement à la performance (P4P) des médecins, de renforcer la réglementation sur l’usage de la mention « non substituable », ou encore d’élargir le répertoire aux sprays et aux antiasthmatiques.

 H.S.R.
Source : Lequotidiendumedecin.fr
Commenter 8 Commentaires
 
08.02.2012 à 14h24

« Les médicaments génériques ont une fâcheuse tendance à générer des effets secondaires significativement plus prononcés que leurs équivalents de marque. Alors, est-ce vraiment une économie de prescri Lire la suite

Répondre
 
08.02.2012 à 13h52

« Les patients âgés ne se retrouvent plus dans cette ribambelle de boîtages, de formes de tous ces génériques et les doublons sont fréquents. Attention aux accidents ! »

Répondre
 
JEROME C Médecin ou Interne 08.02.2012 à 09h10

« En gros, ce sont les industriels qui dictent les règles... Rappelons que les génériques sont testés sur un échantillon minimum de 12 sujets... SAINS. En outre, la bio-disponibilité peut être de + ou Lire la suite

Répondre
 
08.02.2012 à 07h54

« Peut-être serait-il plus simple de mettre le produit original au prix du générique et l'économie serait spectaculaire et maximale. Plus aucun problème... »

Répondre
 
08.02.2012 à 07h08

« Il faudrait faire payer systématiquement la différence de prix au patient. Le bénéfice pour l'Assurance-Maladie serait immédiat et indépendant de l'obligation de mettre "non substituable". A moins q Lire la suite

Répondre
Voir tous les commentaires

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

A la une

add

Les Généralistes CSMF planchent sur la démographie et contestent le « zonage » des ARS

Réunis en comité directeur, les Généralistes CSMF (ex-UNOF) ont décidé d'entamer un travail de fond sur leur projet politique, ciblé sur la... 2

Prendre en charge le burn-out : la HAS donne ses recommandations

burn out

En réponse à une saisine du ministère de la Santé au printemps 2016, la Haute Autorité de santé (HAS) rend publiques ses recommandations... 10

Alcool : la métanalyse qui met fin au mythe des bienfaits d'une consommation modérée

alcool

Ces dernières années ont vu leur lot d’études annonçant l’effet cardiovasculaire protecteur de la consommation modérée d’alcool (en... 2

A découvrir
l'annuaire du-diu
GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter
imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter