Travailler plus peut exposer à un risque plus élevé de dépression

Travailler plus peut exposer à un risque plus élevé de dépression

26.01.2012
Une étude publiée dans la version en ligne de la revue PloS ONE montre que des salariés travaillant onze heures ou plus par jour ont 2 fois plus de risque de souffrir de dépression grave par rapport à leurs collègues s’acquittant de sept à huit heures quotidiennes.
  • 1327597030318936_IMG_76330_HR.jpg

L’étude a été réalisée à partir des données de 2 000 hommes et femmes de la cohorte prospective de fonctionnaires britanniques Whitehall II. Seulement ceux qui étaient toujours en activité au cours de la période de suivi (5,8 ans en moyenne) et qui ne souffraient d’aucun trouble psychiatrique lors d’une évaluation réalisée entre 1997 et 1999. Un total de 66 dépressions graves a été diagnostiqué pendant la période de suivi soit un taux de 3,1 %. Les facteurs favorisant la survenue de ces troubles étaient un âge relativement jeune, le fait d’être une femme, d’avoir un travail moins rémunéré, de souffrir d’une pathologie chronique. Mais l’association la plus significative est celle observée entre la durée de travail et la survenue d’un épisode dépressif grave. Le fait de travailler au moins onze heures par jour était associé à un risque 2,3 à 2,5 fois plus élevé comparé à une journée de travail normale.

Un taux de 3 %.

Cette corrélation n’a pas été affectée par d’autres facteurs, comme le mode de vie, la consommation d’alcool, de tabac ou de drogue ou des tensions au travail. « Même si le fait de travailler plus peut être bénéfique pour l’individu et la société, il est très important de reconnaître que le travail excessif est aussi associé à un risque de dépression », souligne le Dr Marianna Virtanen de l’Institut finlandais de la médecine du travail et de l’University College de Londres, principal auteur de cette étude. Les auteurs notent par ailleurs que l’étude a été réalisée dans une population en meilleure santé que la population générale, ce qui explique le taux de 3 % nettement inférieur à la prévalence des troubles dépressifs en population générale (5 %). De plus, l’étude n’incluait que des personnes qui ne souffraient au départ d’aucun trouble physique ou mental. Des études complémentaires doivent être menées dans d’autres groupes professionnels (travailleurs du privé, ouvriers) avant toute généralisation.

 Dr LYDIA ARCHIMÈDE
Source : Lequotidiendumedecin.fr
Commenter 2 Commentaires
 
27.01.2012 à 00h05

« Des fonctionnaires britanniques travaillant 11 heures par jour, c'est sûrement de l'humour britannique ! Et il y a de la marge entre travailler plus et travailler 11 h/jour. »

Répondre
 
26.01.2012 à 19h00

« Et les médecins qui travaillent 12 heures non stop par jour
alors, ils sont tous dépressifs ! De plus, le taux de 3% est inférieur celui de 5% de la population générale. Du n'importe quoi ! »

Répondre

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

A la une

add

Y compris dans les formes progressives de la maladieLa SEP, des avancées tous azimuts

Abonné
sep IRM

L'offre thérapeutique s'est largement étoffée dans les formes rémittentes de la sclérose en plaques (SEP). Aujourd'hui, des pistes, autres... Commenter

Cannabis : le gouvernement veut mettre en place une contravention pour sanctionner l'usage et la détention

cannabis

Interrogé mercredi sur BFMTV, le ministre de l'Intérieur a annoncé qu'une simple contravention pourrait, dans les prochains mois,... 4

Retour d'expérienceÀ Rouen, pari réussi pour la télédermatologie

Abonné

Le CHU a développé avec succès la téléconsultation en gérontologie depuis quatre ans. Commenter

A découvrir
l'annuaire du-diu
GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter
imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter