Les fibres alimentaires décevantes contre la diverticulose colique

Les fibres alimentaires décevantes contre la diverticulose colique

25.01.2012
Cela fait plus de quarante ans que l’on est convaincu qu’une alimentation riche en fibres est protectrice contre une diverticulose colique. Voici une nouvelle étude qui remet cette notion en question, montrant même le contraire.
  • 1327510400318603_IMG_76235_HR.jpg

    Les fibres alimentaires décevantes contre la diverticulose colique

L’étude, conduite chez 2 104 patients (Anne Peery et coll., North Carolina School of Medicine), conclut que consommer un régime riche en fibres augmente - et non pas réduit - le risque de développer une diverticulose colique. Les résultats semblent réfuter aussi une autre croyance solide jusqu’ici : la constipation ne semble pas augmenter le risque de cette maladie.

Les personnes âgées de 30 à 80 ans incluses dans l’étude de Peery ont eu une coloscopie entre 1998 et 2010. Elles ont été interrogées sur leurs habitudes alimentaires, la fréquence des selles et le niveau d’activité physique.

« À notre étonnement, l’étude montre que les personnes prenant le moins de fibres alimentaires ont une probabilité de 30 % moindre de diverticulose colique comparativement au groupe des personnes qui en consomment le plus. »

Concernant la constipation, l’étude indique que les personnes ayant plus de 15 selles par semaine ont un risque réduit de 70 % de cette atteinte du côlon comparativement à celles qui ont moins de sept selles par semaine.

Par ailleurs, l’étude ne trouve pas d’association entre la diverticulose et l’inactivité physique, la quantité des graisses alimentaires absorbées ou la fréquence de consommation de viande rouge.

Depuis les années 1960, les médecins conseillent de veiller à avoir une alimentation comportant des fibres pour réguler le transit intestinal et les selles. La recommandation se fonde sur l’idée qu’un régime pauvre en fibres peut occasionner une constipation et peut être à l’origine de diverticulose par augmentation de la pression intracolique.

Selon Peery, ces résultats peuvent s’expliquer par un manque jusqu’ici d’études rigoureuses portant sur la diverticulose colique asymptomatique.

Les observateurs indiquent qu’il est encore prématuré de conseiller aux patients de modifier leurs pratiques. Toutefois, ce doute sur des notions jusque-là établies pourrait être profitable pour reconsidérer les processus pathologiques et les facteurs de risque de la diverticulose.

Gastroenterology, février 2012.

 Dr BÉATRICE VUAILLE
Source : Lequotidiendumedecin.fr

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

A la une

add

Contrôle des prescriptionsEn Alsace, la Sécu en campagne contre les arrêts de travail abusifs

Abonné
arret travail

Après avoir analysé les prescriptions d'arrêts de travail dans dix zones ciblées en forte croissance, les deux caisses primaires... 2

Vaccination : des membres des Académies des sciences et de médecine demandent un rappel à l'ordre du Pr Montagnier

academie sciences

Après la tribune signée par 27 membres de l'Académie nationale de médecine, et le soutien apporté par l'Académie nationale de pharmacie,... 59

Antibiorésistance en santé animaleL'objectif des 20 % de baisse du plan EcoAntibio largement dépassé

Abonné
antibioresistance

L'année 2017 marque la fin du premier plan EcoAntibio, et le début du second qui durera jusqu'en 2021. Selon les chiffres communiqués par... Commenter

A découvrir
l'annuaire du-diu
GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter
imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter