VHC, VIH et VHB de soignant à soigné : le HCSP veut évaluer le risque

VHC, VIH et VHB de soignant à soigné : le HCSP veut évaluer le risque

23.01.2012
Même si le risque de transmission de virus hématogènes d’un soignant à un patient reste exceptionnel, le Haut Conseil de la santé publique (HCSP) préconise de créer, de manière urgente, une Commission nationale d’évaluation du risque de contamination soignant-soigné, dans leur intérêt commun.
  • 1327338796317881_IMG_76090_HR.jpg

La Direction générale de la santé (DGS) a saisi, en septembre 2009, le Haut Conseil de la santé publique (HSCP) afin qu’il réactualise les avis relatifs à la prévention de la transmission du VHC et du VIH des professionnels de santé aux patients, en complément de la problématique concernant celle du VHB. Les recommandations auxquelles les experts sont parvenus, et qui ont pris le caractère d’« accord professionnel », concernent tous les personnels de santé, bien que certains professionnels soient beaucoup plus concernés que d’autres (chirurgiens, obstétriciens, chirurgiens-dentistes).

La transmission d’un virus hématogène d’un professionnel de santé à un patient constitue « un événement exceptionnel », rappellent les experts. Ils suggèrent toutefois plusieurs mesures de prévention telles que la vaccination systématique des soignants contre le VHB, l’identification des soignants infectés par un diagnostic précoce et la réduction de la charge virale des soignants infectés. Le groupe de travail propose également « une responsabilisation du soignant » qui a un triple devoir : celui de s’informer volontairement et régulièrement de son statut sérologique ; en cas de diagnostic d’infection chronique virale, celui de faire prendre en charge sa pathologie par un médecin spécialiste ; et enfin, en cas de charge virale détectable et d’activités de soins à risque, celui d’envisager à la fois l’opportunité d’un traitement antiviral et la saisie d’une commission spécialement créée.

Une possible restriction d’activité.

Le HSCP insiste en effet sur « l’urgence » de mettre en place une « Commission nationale d’évaluation du risque de contamination soignant-soigné ». Cette commission qui centraliserait les dossiers, aurait pour rôle de fournir des recommandations au (futur) professionnel de santé en matière de prévention et de statuer sur la nécessité éventuelle d’une restriction d’activité. Il s’agirait d’un avis consultatif non opposable. Mais le soignant concerné devrait avoir des « arguments forts » pour justifier de ne pas suivre l’avis. La commission pourrait être saisie anonymement par un médecin en charge du postulant (ce dernier en étant informé sans pouvoir s’y opposer). Elle pourrait également être saisie directement, de façon anonyme ou non, par le professionnel de santé infecté. Les avis de cette commission comporteraient des préconisations en terme d’activité du soignant, avec une durée de validité de ces préconisations et une recommandation éventuelle de suivi et de nouvel examen par la commission.

Les membres du groupe du travail notent qu’entre les nouveaux outils virologiques et les progrès thérapeutiques, le risque de transmission de virus hématogènes d’un soignant à un patient « devrait aller en se réduisant ». « Néanmoins, pour les sujets exerçant ou désirant exercer une spécialité médicale comportant des gestes à risque, il apparaît urgent » de créer cette commission « chargée d’examiner les cas litigieux et de rendre des avis anonymes sur les restrictions durables ou temporaires d’activité du (futur) soignant infecté ». « Ainsi seraient préservés en toute transparence les intérêts des patients et des soignants. »

 STÉPHANIE HASENDAHL
Source : Lequotidiendumedecin.fr
Commenter 1 Commentaire
 
23.01.2012 à 22h42

« Il est certain que la personne qui a pensé à ça n'est pas soignant... Il serait intéressant de voir celui qui a fait 15 années d'études médicales. Que fera-t-il quand nous serons dans cette position Lire la suite

Répondre

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

A la une

add

Dans la Manche, un maire fait face au désarroi des habitants privés de généralistes

manche

« Nous sommes dans une situation plus que tendue ». Jean-Pierre Lhonneur, maire de Carentan-les-Marais (Manche) depuis 2008, est quelque peu... 11

Poses de prothèses en chirurgie ambulatoire : l'AP-HP marque des points

hanche prothese

L'Assistance publique - Hôpitaux de Paris (AP-HP) annonce la réalisation de deux poses de prothèse (totale de hanche et unicompartimentale... 8

Éléments en faveur d'une maladie de Lyme chronique, d'après des travaux chez le singe

lyme

Alors qu'en France un protocole de diagnostic et de soins est en cours de rédaction à la Haute Autorité de santé (HAS), les controverses... 4

A découvrir
l'annuaire du-diu
GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter
imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter