Moins de staphylocoques sur les blouses imprégnées d’antimicrobien

Moins de staphylocoques sur les blouses imprégnées d’antimicrobien

23.01.2012
Une méthode efficace de réduction du portage de staphylocoque doré résistant à la méthicilline (SARM) est suggérée par une équipe de Virginie (États-Unis), celle de Gonzalo Bearman. Il s’agit d’associer une hygiène rigoureuse des mains au port de blouses imprégnées d’un antimicrobien.
  • 1327331176317794_IMG_76078_HR.jpg

    Moins de staphylocoques sur les blouses imprégnées d’antimicrobien

Jusqu’à présent le rôle des éléments en tissu dans la transmission des agents pathogènes était connu. De même des études avaient démontré que des textiles imprégnés d’antimicrobien portaient une charge infectieuse moindre avant la stérilisation. Mais le rôle de ces tissus anti-infectieux sur la possibilité de contamination des personnels de santé était inconnu. C’est ce qu’a cherché à démontrer l’étude américaine avec, néanmoins, quelques surprises.

Trente participants ont été enrôlés parmi le personnel soignant. Tous ont reçu quatre paires de blouses. Un groupe des vêtements avec antimicrobiens, l’autre (témoins) des vêtements traditionnels. Ils les ont portés et lavés pendant 4 mois. Il s’y ajoutait, pour tous, une réunion mensuelle sur l’hygiène des mains, laquelle était régulièrement évaluée.

Une fois par semaine, à l’improviste, étaient réalisés des prélèvements bactériologiques. Ils avaient lieu en début et en fin de service ; ils portaient sur les mains, le devant de la blouse, les poches de la blouse et du pantalon. Des aires souvent touchées et donc contaminées par les mains.

Aucune différence n’a été relevée entre les cultures réalisées à partir des mains des participants. Surtout, et c’est la surprise, les données concernant les bactéries gram négatives et les entérocoques résistants à la vancomycine ont été similaires, alors qu’il existait une différence pour les SARM. La charge bactérienne était plus basse grâce aux vêtements imprégnés, que ce soit sur le devant de la blouse ou sur les poches, en début ou en fin de service. Globalement, ces vêtements préparés ont permis une réduction moyenne de 4 à 7 log des SARM sur les vêtements.

Reste à en tirer des conclusions sur la transmission bactérienne, ce qui pourrait faire l’objet de nouvelles études.

« Infection Control and Hospital Epidemiology », édition avancée en ligne du 19 janvier.

Dr GUY BENZADON
Source : Lequotidiendumedecin.fr

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

A la une

add

Arrêt de commercialisation du Cytotec, et objectif zéro médicament pendant la grossesse : les chantiers de l’ANSM

ansm

Le laboratoire Pfizer, qui commercialise le Cytotec, a annoncé que ce médicament ne serait plus distribué en France à partir du 1er mars... 2

Les médecins, des brutes en blanc ? C’est tout l’inverse, conclut une étude de la DREES

drees

88 % des Français sont plutôt satisfaits, voire très satisfaits de leur médecin. C’est le constat du dernier baromètre d’opinion de la... 7

« Les ECN seront supprimées », annonce le patron des doyens au congrès de l'Ordre

ECN

Le président de la conférence des doyens de médecine a créé la surprise, ce jeudi après-midi, en annonçant la fin programmée des épreuves... 41

A découvrir
l'annuaire du-diu
GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter
imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter