L’étude REFLEX pour mieux connaître les valvulopathies du Mediator

L’étude REFLEX pour mieux connaître les valvulopathies du Mediator

20.01.2012

Environ 1 000 patients ayant pris du Mediator entre 2006 et 2009 et présentant une pathologie des valves cardiaques vont être suivis par l’INSERM pendant trois ans. L’objectif est d’observer l’évolution des valvulopathies liées ou non au benfluorex et de mieux les caractériser.

  • 1327078401317428_IMG_76008_HR.jpg

    L’étude REFLEX pour mieux connaître les valvulopathies du Mediator

Rappelons que le Mediator a été indiqué pendant plus de trente ans comme traitement adjuvant d’un régime adapté chez les diabétiques en surpoids, avant d’être retiré du marché en novembre 2009. Son utilisation aurait entraîné chez un certain nombre de patients des atteintes des valves cardiaques, responsables d’au moins 500 décès à ce jour en France, indique un document de l’INSERM.

L’étude REFLEX (recherche sur l’évolution des fuites valvulaires et benfluorex) est mise en place pour caractériser ces valvulopathies, dont l’évolution reste mal connue.

Compte tenu de l’enjeu sanitaire lié à ce médicament, l’AFSSAPS a sollicité l’INSERM à cette fin. L’équipe d’épidémiologie dirigée par le Dr Mahmoud Zureik (INSERM U700) a lancé l’étude REFLEX. « L’objectif est d’observer l’évolution des valvulopathies liées ou non au benfluorex et d’identifier des facteurs prédictifs de cette évolution », explique M. Zureik. Pour cela, à l’inclusion d’un patient dans l’étude, le cardiologue indique si la maladie est liée sûrement, peut-être ou pas à la prise du médicament. Les auteurs vont prendre aussi en compte plusieurs facteurs susceptibles d’influer sur l’évolution des valvulopathies : durée du traitement par benfluorex, délai écoulé depuis l’arrêt du traitement, âge, sexe, sévérité du diabète et traitements médicamenteux, pathologies cardiaques ou extracardiaques, prise antérieure ou contemporaine d’autres molécules. Ils tenteront ensuite d’identifier des facteurs prédictifs d’évolution.

Près de 400 patients ont déjà été inclus dans l’étude depuis septembre dernier. Ils doivent avoir pris du Médiator entre 2006 et 2009 et présenter une valvulopathie de grade au moins égal à 1. Au total, environ 1 000 patients devraient être recrutés dans près de 60 centres de cardiologie. Ils auront une échographie cardiaque couplée à un doppler chaque année pendant trois ans. Les résultats seront relus par un comité d’experts pour la cotation de la sévérité des atteintes.

Une étude réalisée en 2010 chez plus d’un million de diabétiques (« Pharmacoepidemiology and Drug Safety », 2010; 9999; 1-7) a montré que la prise de benfluorex triple le risque d’hospitalisations pour valvulopathie et que le risque est fonction de la dose reçue.

Voir également notre vidéo sur ce sujet.

 Dr BÉATRICE VUAILLE  
Source : Lequotidiendumedecin.fr

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

A la une

add

Les gynécologues s'inquiètent de la désaffection « historique » pour le dépistage du cancer du sein

dépistage

Si le dépistage organisé est perfectible, il reste bien sûr indispensable. Face à la désinformation, les gynécologues jouent la carte de la... 4

Hépatite A et B : AIDES lance un appel à la vaccination à l'approche de l'été

hépatite

AIDES, l'association française de lutte contre le VIH et les hépatites virales, a récemment invité les personnes les plus concernées à se... Commenter

Stages en cabinet, exonération de charges, bus médicalisés... : le SML délivre son ordonnance contre les déserts

Après la prise de position d'Agnès Buzyn contre la coercition à l'installation, le SML se réjouit du pragmatisme ministériel. Le syndicat... 5

A découvrir
l'annuaire du-diu
GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter
imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter