Soins funéraires et VIH : les autorités estiment qu’une autorisation est possible

Soins funéraires et VIH : les autorités estiment qu’une autorisation est possible

11.01.2012
À l’issue de la réunion organisée à la demande des associations de lutte contre le VIH et du Conseil national du sida, la Direction générale de la santé a, dans un communiqué, indiqué « qu’il était possible d’autoriser des actes de conservation invasive des corps chez des personnes atteintes de certaines pathologies infectieuses, dont le VIH et les hépatites, dès lors que les conditions adéquates de pratique de la thanatopraxie auront été définies ».
  • 1326300696314161_IMG_75263_HR.jpg

    Soins funéraires et VIH : les autorités estiment qu’une autorisation est possible

La réunion a « permis de souligner l’importance d’encadrer les pratiques invasives de soins de conservation de corps en développant des règles d’hygiène et de précaution universelles », explique la DGS qui, à cet effet, et en association avec le ministère de l’Intérieur, installera un groupe de travail avec les professionnels.

Lors de cette rencontre, étaient présents les représentants des associations de lutte contre le VIH, des associations de lutte contre les hépatites, du Conseil national du sida, des médecins légistes, des thanatopracteurs, du Conseil national des opérations funéraires (CNOF), des experts du Haut Conseil de la santé publique (HCSP) et des représentants du ministère chargé de l’Intérieur (DGCL) et de la Direction générale du travail.

Les différentes parties ont ainsi pu échanger sur le projet d’arrêté ministériel fixant les listes des infections transmissibles qui interdisent la réalisation de certaines opérations funéraires, projet qui s’appuie sur un avis du HCSP de novembre 2009. Lors de cette rencontre, le HCSP a précisé sa position : « Dans un contexte où le risque d’accidents d’exposition liée au sang et aux liquides biologiques n’est pas négligeable (drainage veineux, évacuation des liquides et des gaz), la thanatopraxie, contrairement à des pratiques réalisées en milieu médical, ne permet pas aujourd’hui de respecter les règles d’hygiène universelles », a-t-il indiqué. Des disparités sur les méthodes de travail et les précautions mises en place sont observées en fonction des lieux d’intervention (port de masques et gants, lavabo réservé aux opérations funéraires…). De même, l’existence d’une salle dévolue aux soins n’est pas généralisée, près d’un tiers des soins de conservation étant réalisés à domicile.

Demande des familles et sécurité.

Les soins de conservation du corps qui, contrairement aux soins esthétiques mortuaires de restauration et de maquillage pour lesquels aucune interdiction ne s’applique, sont des actes potentiellement à risque qui ne peuvent être pratiqués que par des thanatopracteurs. Selon la DGS, il s’agit « de répondre aux demandes de certaines familles concernant les soins de conservation invasive des corps des défunts tout en garantissant la sécurité » des professionnels et de l’entourage de la personne décédée. « Une réflexion sur l’information et le consentement des familles quant à la nature de ces actes est d’ailleurs apparue essentielle », poursuit la DGS.

Les associations ACT UP, AIDES, Élus locaux contre le sida, UNALS, Sidaction, SOS hépatites, qui, avant même la fin de la rencontre, avaient claqué la porte du ministère, soulignent leur incompréhension : « Organisée sans concertation, sans ordre du jour, la réunion a été présentée comme une nouvelle discussion technique. Pourtant, tous les éléments nécessaires à une prise position politique sont réunis depuis plusieurs années en faveur de la fin de l’interdiction des soins funéraires, notamment dans les avis du Conseil national du sida », ont-elles indiqué dans un communiqué.Ce qu’elles veulent, la levée immédiate d’une interdiction qu’elles jugent « discriminante et infondée ».

Le Conseil national du sida note avec satisfaction l’évolution des pouvoirs publics qui admettent le principe des soins de conservation sur les personnes décédées quelle que soit la pathologie, y compris en cas d’infection par le VIH et se félicitent de l’engagement pris pour garantir et renforcer les précautions universelles.

 Dr LYDIA ARCHIMÈDE
Source : Lequotidiendumedecin.fr

A la une

add
ddd

CMU, AME et refus de soins : le Défenseur des droits tance les plateformes de rendez-vous médicaux

Six mois pour faire le ménage dans les mentions discriminatoires ciblant des patients précaires ou étrangers. C'est ce que réclame le Défenseur des droits, Jacques Toubon, dans deux décisions à l'attention des plateformes de... 20

Études de médecine : deux voies d'accès proposées, arbitrages en janvier

etudes

Terminée la voie royale de la première année commune aux études de santé (PACES) pour entrer en médecine ! Dès 2020, plusieurs entrées... 14

Les cellules tumorales circulantes, un outil pour mieux traiter les cancers du sein métastatiques

La quantité de cellules tumorales circulantes (CTC) est un élément pronostique de la maladie. Mais est-ce que cette information peut être... Commenter

« Mainmise » sur la formation, « propositions rétrogrades », jeunes et libéraux cognent sur le rapport sur le CHU de demain

chu

Médecins et conférences hospitalières n'ont visiblement pas la même vision du système de santé de demain. Dans la foulée de la remise en... Commenter

Rougeole : plus de 10 000 cas recensés à Madagascar

rougeole

Après une forte augmentation des cas de rougeole signalés début décembre au Brésil et au Venezuela, c’est au tour de Madagascar de... 1

A découvrir
l'annuaire du-diu
GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter
imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter