Une nouvelle étiquette contre la pollution de l’air intérieur

Une nouvelle étiquette contre la pollution de l’air intérieur

06.01.2012
Depuis le 1er janvier 2012, les fabricants doivent afficher les niveaux d’émission en polluants volatils de tous les nouveaux produits de construction et de décoration allant de A+ (très faibles émissions) à C (fortes émissions). À terme, plusieurs milliers de références (peintures, papiers peints, parquets, moquettes, vernis, colles, adhésifs…) seront étiquetées pour éclairer les choix des consommateurs.
  • 1325863882312767_IMG_74935_HR.jpg

    Une nouvelle étiquette contre la pollution de l’air intérieur

D’ici à septembre 2013, tous les produits de construction et de décoration vendus en France devront posséder cette étiquette d’information sur les risques de toxicité présents dans certains produits. « L’ensemble des maladies allergiques – asthme, conjonctivite, allergie alimentaire... – concerne 25 à 30 % de la population dans les pays industrialisés. Limiter les sources de pollution à l’intérieur de l’habitat et des bâtiments est un véritable enjeu de santé publique. C’est pourquoi nous mettons tout en œuvre pour informer le grand public », a déclaré Nathalie Kosciusko-Morizet. En France, le coût de la mauvaise qualité de l’air intérieur est évalué entre 10 et 40 milliards d’euros par an.

Pour accompagner la mise en place de cette nouvelle étiquette, le ministère du Développement durable lance une campagne de sensibilisation « Respirez mieux, l’étiquette vous guide ». Cette mesure constitue l’un des volets du plan national santé environnement. Un décret du 2 décembre 2011 a, par ailleurs, rendu obligatoire la surveillance de la qualité de l’air intérieur dans certains établissements recevant du public sensible (crèches, écoles, maternelles et élémentaires, centre de loisirs…). Trois substances jugées prioritaires seront mesurées : le formaldéhyde, substance irritante pour le nez et les voies respiratoires ; le benzène, cancérigène issu de la combustion ; le dioxyde de carbone (CO2), représentatif du niveau de confinement, signe d’une accumulation de polluants dans les locaux. Tous les établissements accueillant des enfants de moins de six ans et les écoles maternelles devront se soumettre à cette obligation avant le 1er janvier 2015.

 Dr LYDIA ARCHIMÈDE
Source : Lequotidiendumedecin.fr

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

A la une

add

L'OMS veut limiter les interventions médicales inutiles lors de l'accouchement

accouchement

Depuis plus de 20 ans et quel que soit le pays, les accouchements sont de plus en plus médicalisés, sans que cela soit justifié. Le recours... 3

La chirurgie cardiaque chez des nouveau-nés associée à un risque 20 fois plus élevé de perte auditive

bebe

Une étude observationnelle monocentrique, menée à l’hôpital pour enfants de Philadelphie, aux États-Unis, et dont les résultats sont... Commenter

Accès partiel : le Parlement donne son feu vert

Le Parlement vient de ratifier définitivement deux ordonnances sur la santé dont celle qui autorise certains professionnels d'autres États... Commenter

A découvrir
l'annuaire du-diu
GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter
imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter