On pourrait utiliser les interférons d’une manière plus fine

On pourrait utiliser les interférons d’une manière plus fine

20.12.2011
Les interférons, qui assurent la communication entre les cellules du système immunitaire, participent à l’immunité innée et acquise. Il en existe trois formes qui assurent des fonctions différentes. Une analyse montre des variations de certains interférons en fonction des populations. Ces résultats laissent entrevoir la possibilité d’une utilisation médicale plus ciblée des interférons.
  • 1324398154311476_IMG_74530_HR.jpg

    On pourrait utiliser les interférons d’une manière plus fine

En suivant une approche de génétique des populations, Lluis Quintana-Murci et coll. (Institut Pasteur et CNRS) ont identifié des interférons essentiels à la survie et d’autres qui semblent jouer un rôle plus secondaire. « Nous pensons que les interférons très contraints génétiquement ont un rôle plus spécifique et important dans la lutte contre les organismes pathogènes et qu’ils sont donc potentiellement de meilleures cibles pour développer des traitements efficaces et innovants », souligne Lluis Quintana-Murci.

Dans la famille des interférons de type 1 (interférons alpha/bêta), il y a une grande hétérogénéité génétique. Cela laisse supposer que cette famille a une grande faculté d’adaptation en cas d’exposition à de nouveaux pathogènes. Certains sous-types de cette famille ont évolué sous une forte pression de sélection, ce qui atteste de leur fonction spécifique, non redondante, dans l’immunité contre l’infection.

A contrario, il existe un unique interféron de type 2, l’interféron gamma, qui, lui, ne présente aucune variation d’un individu à l’autre. « Cette grande stabilité indique une action extrêmement spécifique et irremplaçable, en l’occurrence dans la réponse immunitaire anti-mycobactérienne. »

Quant à la famille des interférons de type 3 (interférons lambda), ils présentent des variations génétiques en fonction de la région géographique des individus. Les analyses montrent que les populations européennes et asiatiques « possèdent certaines mutations qui leur ont conféré des avantages, probablement pour mieux résister aux pressions sélectives exercées par les virus. »

Les résultats indiquent que l’on pourrait utiliser les interférons de manière plus fine. Par exemple, l’interféron alpha 2, indiqué dans le traitement de l’hépatite C chronique ou de certains cancers, est assorti d’effets secondaires parfois pénibles. Or, il pourrait être pertinent d’identifier, parmi les multiples IFN de type 1, « un sous-type dont l’action plus ciblée permettrait éventuellement d’éviter certains effets secondaires ».

The Journal of Experimental Medicine, 17 novembre 2011.

Dr BÉATRICE VUAILLE
Source : Lequotidiendumedecin.fr

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

A la une

add

« L'humanité ne peut s'arrêter aux frontières de la France ! » : le Pr Pitti explique pourquoi il renonce à ses insignes d'officier de la légion d'honneur

Pr Raphaël Pitti

Le Pr Raphaël Pitti, chef du service de réanimation à la polyclinique de Gentilly (Nancy) et médecin humanitaire, a été promu au rang... 10

L'athérosclérose présente chez la moitié des 40-54 ans sans facteur de risque cardiovasculaire… Faut-il s'en soucier ?

athérosclérose

Une tension basse, une glycémie faible et un taux de cholestérol dans la norme suffisent-ils à garantir des artères saines ? Une étude... Commenter

La consommation d’antibiotiques en France reste à la hausse en ville

ANTIBIOTIQUES

La tendance à la hausse de la consommation d’antibiotiques en ville se poursuit depuis 2010, après une période de baisse (2000-2005) puis... 1

A découvrir
l'annuaire du-diu
GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter
imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter