Nitrosamines dans les jouets : l’UFC-Que Choisir saisit l’ANSES

Nitrosamines dans les jouets : l’UFC-Que Choisir saisit l’ANSES

30.11.2011
Alors que débute la période de l’Avent, l’association UFC-Que Choisir demande aux pouvoirs publics un renforcement de la réglementation sur la sécurité des jouets destinés aux moins de 3 ans, à l’image de l’Allemagne.
  • 1322671372305428_IMG_73043_HR.jpg

    Nitrosamines dans les jouets : l’UFC-Que Choisir saisit l’ANSES

L’UFC, qui a mené l’enquête sur 30 jouets, tire un bilan « pour le moins mitigé ». Si les phtalates, le formaldéhyde et les colorants azoïques y sont absents, en revanche, « on peut s’étonner de la présence importante (plus de 20 % des plastiques des jouets testés) de substituts aux phtalates n’ayant fait l’objet d’aucune évaluation toxicologique officielle et qui ne figurent pas dans la liste des additifs pouvant être utilisés dans les matériaux plastiques en contact avec les aliments ». L’UFC souligne également la présence, dans près de la moitié des jouets testés, de dérivés pétroliers (HAP) ou de substances susceptibles d’être transformées en nitrosamines, deux composés considérés comme probablement cancérogènes.

Ainsi, l’emblème des jouets premier âge, Sophie la Girafe, « pourtant destinée à la bouche des enfants, contient et même libère dans la salive des précurseurs de nitrosamines ». « Si elle appartenait à la famille des tétines, où ces composés sont interdits, Sophie ne serait plus sur le marché », commente l’association, qui prend l’exemple de l’Allemagne, dont la législation a interdit les nitrosamines et leurs précurseurs dans les jouets des moins de 3 ans.

L’UFC a donc décidé de saisir l’Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail (ANSES) afin de procéder « à une évaluation toxicologique des deux substituts aux phtalates trouvés dans les jouets testés et non évalués, le DHEH et le DOIP ». L’association demande également aux pouvoirs publics, nationaux et européens, de renforcer la réglementation relative à la toxicité des jouets en vue d’interdire la présence des HAP et des nitrosamines et leurs précurseurs. Dans l’attente de la réglementation, elle souhaite que les fabricants bannissent les HAP dans leurs produits.

S. H.
Source : Lequotidiendumedecin.fr

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

A la une

add

Climat et santé : le CNOM appelle les médecins à sensibiliser leurs patients

pollution

« Les médecins sont les premiers à prendre en charge les conséquences du changement climatique sur la santé de leurs patients. Ils doivent p... 4

Activité libérale à l'AP-HP : 350 praticiens hospitaliers ont perçu 38,6 millions d'euros en 2016

aphp activite

Les praticiens hospitaliers qui ont exercé une activité libérale à l'Assistance publique – Hôpitaux de Paris (AP-HP) en 2016 se sont... 5

Les libéraux de l'UNPS cherchent des alternatives au tiers payant généralisé

tiers payant

Discuter avec le gouvernement d'une alternative au tiers payant généralisé ? L'Union nationale des professionnels de santé (UNPS) n'est pas... 4

A découvrir
l'annuaire du-diu
GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter
imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter