NutriNet-Santé : les 18-25 ans dédaignent les conseils

NutriNet-Santé : les 18-25 ans dédaignent les conseils

25.11.2011

Les 18-25 ans sont trois fois moins nombreux que les plus de 65 ans à suivre les recommandations nutritionnelles nationales qui incitent à manger « au moins 5 fruits et légumes par jour » ou « 3 produits laitiers par jour ». « C’est inquiétant », estime Serge Hercberg (INSERM) qui coordonne l’étude NutriNet-Santé.

  • 1322232654303600_IMG_72556_HR.jpg

    NutriNet-Santé : les 18-25 ans dédaignent les conseils

Deux ans et demi après son lancement, près de 206 000 internautes se sont déjà inscrits au programme de recherche NutriNet-Santé : 76 % sont des femmes, 49,2 % ont plus de 45 ans, 60 % occupent un emploi, 15,3 % sont retraités, 9 % étudiants ou lycéens, 6,5 % chômeurs ou allocataires, 5,8 % au foyer.

Selon les résultats préliminaires de cette enquête destinée à durer cinq ans, les comportements face à l’alimentation seraient une affaire de génération, comme le constate le Pr Serge Hercberg, qui préside le programme national Nutrition Santé (PNNS). Plus de la moitié des plus de 65 ans (52 %) sont proches des recommandations, contre seulement 16 % des 18-25 %. Évaluée sur 150 000 enquêtes alimentaires, l’application de ces recommandations PNNS apparaît en outre moins bonne chez les hommes, les ouvriers, les fumeurs, les personnes vivant dans les régions du nord et de l’est de la France et les revenus les plus faibles (22 % contre 42 % pour les plus hauts revenus).

L’information est un des leviers pour lutter contre les disparités socio-économiques, estime le Pr Hercberg. Par exemple, « expliquer que manger du poisson en conserve – des sardines, du thon, du maquereau –, c’est très bien et c’est pas tellement cher ». Les surgelés et surtout les conserves pâtissent d’une image « d’aliments de pauvres », alors qu’ils « ont des bonnes qualités nutritionnelles ».

Globalement, les repères les plus suivis sont ceux concernant les boissons alcoolisées (88 %), les matières grasses ajoutées (84 %), les types de matières grasses (74 %), les sucres ajoutés (71 %) et l’activité physique (77 %). Les moins bien suivis sont ceux concernant les céréales complètes (16 %) et les produits laitiers (29 %), « ceux pour lesquels on a peut-être moins communiqué », relève le Pr Hercberg.

Des repères, pas des dogmes.

L’augmentation des prises de compléments ou de suppléments alimentaires, sous prétexte que l’alimentation ne suffirait pas à satisfaire les besoins en vitamines et minéraux, est également un sujet préoccupant. Selon les résultats de l’étude, les sujets s’approchant le plus des repères PNNS ont, par rapport à ceux qui s’en éloignent le plus, un apport en vitamine C supérieur de 64 % (69 % pour le bêta-carotène, 35 % pour la vitamine B9, 18 % pour le calcium, 14 % pour le fer). « C’est très spectaculaire », commente, le Pr Hercberg, qui ajoute : « Pour avoir une couverture des besoins physiologiques, un équilibre nutritionnel favorable par rapport à la corpulence, pas besoin de régime, pas besoin de compléments et de suppléments, tendons vers les recommandations, même si on ne les atteint pas. » Les recommandations ne doivent pas être perçues « comme des dogmes », souligne-t-il. « Ce sont des repères. »« Pour montrer les liens, ensuite, avec la santé – cancers, maladies cardio-vasculaires, diabète, obésité, performances cognitives, polyarthrite rhumatoïde, etc. – il faudra plus de temps », ajoute le chercheur.

À mi-parcours, l’étude NutriNet-Santé continue à recruter des volontaires (www.etude-nutrinet-sante.fr) : l’objectif est d’atteindre 500 000 « nutrinautes ».

STÉPHANIE HASENDAHL
Source : Lequotidiendumedecin.fr

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

A la une

add

« L'humanité ne peut s'arrêter aux frontières de la France ! » : le Pr Pitti explique pourquoi il renonce à ses insignes d'officier de la légion d'honneur

Pr Raphaël Pitti

Le Pr Raphaël Pitti, chef du service de réanimation à la polyclinique de Gentilly (Nancy) et médecin humanitaire, a été promu au rang... 10

L'athérosclérose présente chez la moitié des 40-54 ans sans facteur de risque cardiovasculaire… Faut-il s'en soucier ?

athérosclérose

Une tension basse, une glycémie faible et un taux de cholestérol dans la norme suffisent-ils à garantir des artères saines ? Une étude... Commenter

La consommation d’antibiotiques en France reste à la hausse en ville

ANTIBIOTIQUES

La tendance à la hausse de la consommation d’antibiotiques en ville se poursuit depuis 2010, après une période de baisse (2000-2005) puis... 1

A découvrir
l'annuaire du-diu
GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter
imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter