Médicament : l’Assemblée annule les principales modifications du Sénat

Médicament : l’Assemblée annule les principales modifications du Sénat

24.11.2011
Examinant en 2e lecture le projet de loi de Xavier Bertrand sur la sécurité sanitaire du médicament, l’Assemblée nationale a refusé mercredi la quasi-totalité des changements apportés au projet de loi par le Sénat en première lecture.
  • 1322135875303068_IMG_72415_HR.jpg

    Médicament : l’Assemblée annule les principales modifications du Sénat

La Haute Assemblée avait notamment adopté un amendement autorisant les associations de victimes d’un médicament à mener en justice une action de groupe, dont pourraient bénéficier ensuite tous les patients touchés. Mais l’Assemblée nationale a refusé de ratifier cet amendement, jugeant « peu opportun d’adopter, au détour d’un amendement sur un projet de loi relatif au médicament, une mesure ayant une telle incidence sur notre système juridique ».

De la même manière, les députés ont supprimé une disposition qui assouplissait l’obligation pour un patient de faire la preuve d’un effet indésirable d’un médicament. Ils ont également refusé de suivre les sénateurs qui voulaient interdire tout lien d’intérêts au dirigeant de l’agence chargée de contrôler les médicaments, ainsi qu’à ceux de la Haute Autorité de santé (HAS), de l’Institut national de la santé et de la recherche médicale (INSERM) et de l’Institut national du cancer (INCa).

L’Assemblée a aussi décidé, comme le souhaitait Xavier Bertrand, de renommer l’AFSSAPS (Agence française de sécurité sanitaire des produits de santé) en Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM). Les sénateurs avaient préféré l’appeler Agence française de sécurité des produits de santé (AfSePS).

Enfin, les clivages politiques ont été bousculés sur l’obligation faite aux visiteurs médicaux hospitaliers de présenter les nouveaux médicaments lors de réunions de médecins et non en face-à-face. Contre l’avis du gouvernement et du Sénat, les députés ont exclu de cette disposition les médicaments réservés à l’usage hospitalier et ceux à prescription hospitalière initiale ou non.

Le texte va maintenant repartir au Sénat, qui l’examinera en 2e lecture le 13 décembre prochain. Mais la loi prévoit que le dernier mot reviendra à l’Assemblée nationale.

 HENRI DE SAINT ROMAN
Source : Lequotidiendumedecin.fr

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

A la une

add

Journée contre l'abus de drogue : le cannabis reste le produit illicite le plus consommé en France

cannabis

À l’occasion de la journée internationale contre l’abus et le trafic de drogues de ce lundi 26 juin, l'Observatoire français des drogues et... Commenter

Le nombre d’IVG continue de baisser, légèrement, en France

ivg

Le nombre d’interruptions volontaires de grossesse (IVG) s’élevait à 211 900 en France en 2016, en légère baisse pour la troisième année de... 2

Après « la honte de l’ECNi 2017 », le Pr Bergmann prône « une solution simple et efficace »

Pr Bergmann

« Plus jamais ça ». Quelques jours après l’énorme raté des épreuves classantes nationales informatisées (ECNi), obligeant plus de 8 000 étud... 9

A découvrir
l'annuaire du-diu
GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter
imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter