Deux inhibiteurs de tyrosine kinase testés dans le cancer colorectal

Deux inhibiteurs de tyrosine kinase testés dans le cancer colorectal

22.11.2011
Le point de départ d’une avancée thérapeutique dans le cancer colorectal vient d’être marqué par une équipe française, celle d’Annette K. Larsen, à l’hôpital Saint-Antoine, Paris (université Pierre-et-Marie-Curie-INSERM). Ces chercheurs ont testé chez des souris deux inhibiteurs de la tyrosine kinase (TKI), le vargatef et l’afatinib. Ils ont constaté une inhibition de la croissance tumorale et l’abolition du déclenchement de deux voies de signalisation, celles de l’EGFR (epidermal growth factor) et du VEGF (vascular endothelial growth factor).
  • 1321974942302169_IMG_72213_HR.jpg

    Deux inhibiteurs de tyrosine kinase testés dans le cancer colorectal

Le travail est parti d’un concept plus ancien. Dans les cancers colorectaux (ou d’autres tumeurs) divers traitements ont été proposés afin de bloquer deux facteurs de croissance l’EGFR et le VEGF. Leurs voies de signalisation, intimement liées, ont été visées par l’association de deux anticorps monoclonaux, le bevacizumab et le cetuximab. Les résultats ont été très décevants, que les molécules soient utilisées seules ou ensemble.

Les chercheurs français se sont orientés vers de petites molécules, les TKI. Leur travail, publié dans « Clinical Cancer Research » fournit les résultats de leur essai thérapeutique visant à tester l’efficacité du vargatef et de l’afatinib sur les deux voies de signalisation.

Pour y parvenir, ils ont greffé sur des souris des tumeurs colorectales humaines. Elles ont reçu soit l’un ou l’autre TKI, soit leur association. Si chaque molécule s’est montrée efficace en inhibant la croissance tumorale, l’association thérapeutique a multiplié par 5 le taux d’apoptose des cellules cancéreuses. La bithérapie s’est accompagnée d’une nette décroissance du phospho-VEGFR1 et du phospho-EGFR intracellulaires associés à la tumeur. Sur les mêmes rongeurs, les deux anticorps monoclonaux n’ont eu qu’une action cytostatique tant individuellement que combinés.

L’activité des deux inhibiteurs de la tyrosine kinase a été vérifiée sur huit lignées cellulaires de cancer colorectal et ce quel qu’en soit le statut KRAS. Ce qui constitue une petite surprise dans la mesure où des essais cliniques antérieurs avaient entraîné une aggravation de l’état des patients porteurs d’un gène KRAS muté. Reste à confirmer ces données dans le cadre d’essais en clinique humaine.

« Clin Cancer Res » 15 octobre 2011, 17 ; 6522.

 Dr GUY BENZADON
Source : Lequotidiendumedecin.fr

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

A la une

add

Climat et santé : le CNOM appelle les médecins à sensibiliser leurs patients

pollution

« Les médecins sont les premiers à prendre en charge les conséquences du changement climatique sur la santé de leurs patients. Ils doivent p... 4

Activité libérale à l'AP-HP : 350 praticiens hospitaliers ont perçu 38,6 millions d'euros en 2016

aphp activite

Les praticiens hospitaliers qui ont exercé une activité libérale à l'Assistance publique – Hôpitaux de Paris (AP-HP) en 2016 se sont... 5

Les libéraux de l'UNPS cherchent des alternatives au tiers payant généralisé

tiers payant

Discuter avec le gouvernement d'une alternative au tiers payant généralisé ? L'Union nationale des professionnels de santé (UNPS) n'est pas... 4

A découvrir
l'annuaire du-diu
GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter
imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter