Un microARN marqueur du cancer de l’ovaire

Un microARN marqueur du cancer de l’ovaire

21.11.2011
Le rôle de deux microARN (miR) sur le stress oxydatif pourrait fournir un marqueur prédictif de l’évolution des cancers de l’ovaire. Notamment, ceux porteurs de la signature miR-200a, dépendant du stress, sont associés à une survie prolongée en réponse au traitement, dont le paclitaxel.
  • 1321891645301679_IMG_72117_HR.jpg

    Un microARN marqueur du cancer de l’ovaire

Parmi les nombreux mécanismes adaptatifs qui modulent l’expression génique en réponse au stress se trouve la protéine kinase p38alpha qui supprime la tumorogenèse en bloquant la prolifération cellulaire ou en favorisant l’apoptose. Si l’on s’intéresse maintenant à l’expression des miARN, elle peut être perturbée par divers stress tels que les radiations, l’oxydation ou l’hypoxie.

Les Français se sont penchés sur la place de la famille des miR-200 sur le stress oxydatif au cours de la tumorogenèse ovarienne. Une première partie du travail a été menée chez des souris. L’équipe a constaté que deux membres de cette famille, miR-200a et miR-141, en inhibant p38 alpha favorisent la malignité.

La seconde partie de l’étude a été réalisée sur des cellules humaines d’adénocarcinome ovarien. Celles caractérisées par une surexpression de miR-200a montraient de faibles taux de p38 alpha ainsi qu’une signature oxydative. Grâce à cette signature les patientes bénéficient, en définitive, de survies sans progression et globales prolongées. En pratique, miR-200a et miR-141 favorisent, certes, la tumorogenèse en l’absence de traitement, mais majorent la mort cellulaire et ralentissent la croissance cellulaire sous un traitement comme le paclitaxel, connu pour accroître les radicaux libres. Il existe une relation inverse entre l’expression de p38 alpha et de miR-200a, celle avec miR-141 n’atteint pas la significativité.

De ces constats sur l’animal et sur des cellules tumorales ovariennes humaines, l’équipe définit deux signatures dites « stress » et « fibrose », corrélées à miR-200a. Les patientes chez qui un profil « stress » a été mis en évidence (stress élevé et fibrose bas, miR-200a élevé) avaient une meilleure évolution que celles au profil « fibrose » (stress bas et fibrose élevée, miR-200a bas).

Les chercheurs concluent que le stress oxydatif agit de deux façons. Alors qu’il devrait majorer la croissance tumorale, il potentialise la production de radicaux libres par les agents thérapeutiques (le paclitaxel, par exemple). L’identification d’une signature « stress » pourrait être utilisée comme marqueur pronostique du cancer ovarien.

« Nature Medicine », édition avancée en ligne, doi:10.1038/nm.2512.

 Dr GUY BENZADON
Source : Lequotidiendumedecin.fr

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

A la une

add

À La Baule, l'exécutif s'emploie à rassurer les managers d'hôpital « saturés » par les GHT

Cécile Courrèges

Six heures de train pour quinze minutes de discours. En faisant dans la même journée un aller-retour Paris/La Baule (Loire-Atlantique) pour... Commenter

Les ophtalmos veulent former au moins 200 internes par an pour réduire les délais de rendez-vous

ophtalmologistes

Le Syndicat national des ophtalmologistes de France (SNOF) a annoncé ce vendredi vouloir poursuivre le travail engagé pour réduire les... Commenter

Solidays, Marche des fiertés... Paris se mobilise contre le SIDA

Solidays

Ce week-end se tiendra la 19e édition du festival Solidays à l'Hippodrome de Longchamp, à Paris. En plus des 80 concerts proposés, le... Commenter

A découvrir
l'annuaire du-diu
GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter
imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter